Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bande dessinée et investissement pour lutter contre la radicalisation

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a annoncé mardi le lancement d'une bande dessinée, rédigée par des jeunes qui s'étaient radicalisés, ainsi qu'un nouvel investissement de 10 000 $, pour lutter contre la radicalisation.

La bande dessinée, nommée Radicalishow, raconte l'histoire de sept jeunes du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence de Montréal qui ont marché sur le chemin de la radicalisation.

« C'est fait par les jeunes et pour les jeunes », a souligné M. Couillard. Ces jeunes relatent également ce qui les a incités à quitter cette route. Une édition de l'oeuvre sera publiée en français et en anglais.

Le chef du Parti libéral du Québec a également annoncé un investissement supplémentaire de 10 000 $ aux Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ) pour la campagne Non à la haine.

Cette campagne, qui a d'abord été lancée en Europe, sera reprise au Québec. Elle « vise à limiter le discours de haine et à combattre le racisme et la discrimination sur Internet ». L'argent servira notamment à l'adaptation des outils web européens au contexte québécois.

Le premier déploiement de cette campagne se fera à Sherbrooke, selon un communiqué de Québec.

Le gouvernement du Québec dépense plus de 4,2 millions de dollars par année pour lutter contre la radicalisation pouvant mener à la violence.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.