NOUVELLES
31/10/2016 10:18 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Venezuela : fragile amorce de dialogue, l'opposition se morcelle

L'opposition vénézuélienne apparaissait profondément divisée lundi, au lendemain de l'accord de dialogue avec le gouvernement, d'importantes factions rejetant ces discussions et misant davantage sur la rue pour faire chuter le président Nicolas Maduro.

Après presque un an de crise politique, ponctuée de menaces, invectives et déclarations incendiaires, des représentants des deux camps sont tombés d'accord dimanche soir tard sur un calendrier de discussions, sous les auspices du Vatican et de l'Union des nations sud-américaines (Unasur).

Il s'agit du premier dialogue politique ouvert au Venezuela depuis la victoire de l'opposition de centre-droit aux législatives de fin 2015 qui a mis fin à 17 ans d'hégémonie du camp de l'ex-président Hugo Chavez (1999-2013) au Parlement.

Après la réunion préparatoire de dimanche soir, les parties sont convenues de se retrouver le 11 novembre à Caracas.

D'ici là, quatre groupes de travail aborderont les thèmes "Paix, respect de l'Etat de droit et de la souveraineté", "Vérité justice, droits humains, dédommagements des victimes et réconciliation", "Economique et social" ainsi que "Etablissement de la confiance et calendrier électoral".

Mais cette prise de contact reste fragile, tant la méfiance règne de part et d'autre.

"La continuité de ce dialogue va dépendre des gestes concrets du gouvernement. L'ouverture de ce dialogue ne signifie pas, loin de là, que le combat s'arrête", a prévenu, Jesus Torrealba, le principal représentant de la coalition d'opposition (MUD, centre droit) présent dimanche.

Parmi les exigences de la MUD, la Table pour l'unité démocratique, figurent la libération de prisonniers politiques, la tenue d'un référendum révocatoire ou d'élections anticipées. En face, le président Maduro dément l'existence de prisonniers politiques et a prévenu qu'il n'entendait pas démissionner.

Certains analystes, comme le politologue Francisco Coello, soulignent que le gouvernement pourrait chercher à jouer la montre et à diviser les antichavistes. "Nous avons un gouvernement qui veut gagner du temps, pour voir s'il arrive à calmer la rue", a-t-il déclaré à des médias locaux.

- 'Le temps est compté' -

Une des principales composantes de l'opposition, Voluntad Popular, le parti de la figure antichaviste emprisonnée Leopoldo Lopez, s'est désolidarisée des pourparlers, ainsi que 14 autres formations, estimant que les "conditions n'étaient pas en place pour un dialogue".

Une partie de la MUD veut, au contraire, durcir encore le bras de fer avec le gouvernement, et intensifier les manifestations.

Le président Maduro affiche un taux d'impopularité de 76,4% et 70% des Vénézuéliens sont favorables à la révocation de son mandat, qui court jusqu'en janvier 2019, selon l'institut de sondage Venebarometro.

"Le temps est compté pour instaurer la confiance via le dialogue. Le mécontentement dans la rue est énorme et la crise s'aggrave très vite", juge le politologue Francisco Coello.

Selon le texte de l'accord annoncé lundi, "gouvernement et l'opposition se sont engagés à réduire le ton agressif du débat politique afin de préserver un climat de paix et d'entente".

Mais sur le fond, l'opposition engagée dans des discussions ne semblait pas désarmer. Elle a maintenu son appel à une "marche pacifique" jeudi vers le palais présidentiel de Miraflores, un lieu hautement symbolique: le 11 avril 2002, une manifestation y avait viré au coup d'Etat et le président Hugo Chavez en avait été délogé pendant trois jours.

Jeudi également, le Parlement, dominé par l'opposition, devrait valider la procédure lancée contre M. Maduro pour "manquements au devoir de sa fonction".

Avec ces initiatives, l'opposition entend riposter au gel par le Conseil national électoral (CNE) du processus destiné à organiser un référendum en vue de révoquer le président.

Le Venezuela vit l'une des pires crises économiques de son histoire, asphyxié par la chute des cours du brut, source de 96% de ses devises. Son inflation, aggravée par les pénuries, est devenue totalement incontrôlable: elle devrait atteindre 475% cette année selon le FMI puis exploser à 1.660% en 2017.

mis/tup/cls