NOUVELLES
31/10/2016 08:14 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Sept jihadistes bosniens emprisonnés pour avoir rejoint l'EI

Sept jihadistes bosniens ont été condamnés lundi à des peines allant jusqu'à trois ans d'emprisonnement pour avoir rejoint les rangs du groupe Etat islamique en Syrie en 2013 et 2014.

"Ces hommes ont été reconnus coupables d'avoir quitté la Bosnie en 2013 et 2014 et d'avoir rejoint les rangs de l'organisation terroriste Etat islamique", a déclaré Mirsad Strika, un juge d'un tribunal de Sarajevo chargé des dossiers de terrorisme.

Le principal inculpé de ce groupe, Enes Mesic, s'est vu infliger trois ans de prison. Il s'agit, selon la presse locale, d'un islamiste particulièrement radical faisant partie d'une communauté wahhabite du village de Dubnica, dans le nord-est.

En 2013, il avait défrayé la chronique lorsque son épouse avait été admise dans un hôpital dans un état très grave après une tentative de mutilation génitale. Il avait été soupçonné d'avoir voulu exciser sa femme, mais n'a jamais été inculpé.

Enes Mesic a de nouveau été brièvement interpellé en novembre 2015 en même temps qu'Elma Djurasinac, une musulmane de Serbie, sa nouvelle épouse, accusée d'avoir recruté des femmes pour le jihad. De nationalité serbe, elle a depuis été expulsée vers la Serbie.

Sur les sept jihadistes condamnés lundi, seul Ibro Delic, condamné à 23 mois de prison, a été présent dans le tribunal pour entendre le verdict. Les autres, assignés à résidence, étaient représentés par leurs avocats.

"Ils ont participé à des activité terroristes, ils ont reconnu avoir été sur le territoire de la Syrie et que leur objectif avait été de combattre le régime de Bachar al-Assad", a dit M. Strika.

Ibro Delic et Mirza Kapic, qui a été condamné à 22 mois de prison, ont aussi été reconnus coupables de possession illégale d'armes, notamment d'un fusil automatique et d'une dizaines de grenades à main.

Un des leaders des islamistes bosniens, Husein Bosnic, dit Bilal, s'est vu infliger en 2015 sept ans de prison, la peine la plus sévère prononcée par la justice bosnienne contre des jihadistes qui ont combattu en Syrie ou en Irak.

Les départs de Bosniens vers les terres de jihad en Syrie et en Irak ont quasiment cessé, même si 200 y étaient encore présents à la mi-2016, sur un total de 330 départs, dont beaucoup de femmes et d'enfants, selon les derniers chiffres officiels. Une cinquantaine d'hommes ont été tués et 47 sont rentrés au pays.

Plusieurs jihadistes ont plaidé coupables et ont été condamnés à des peines symboliques d'un an de prison, après un accord passé avec le parquet.

rus/ng/bds