NOUVELLES
31/10/2016 06:10 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Murray Sinclair demande l'appui d'une motion sur les enfants autochtones

OTTAWA — L'ancien président de la Commission de vérité et de réconciliation demande à tous les députés d'appuyer une motion du NPD sur le bien-être des enfants des Premières nations, un geste qui vient mettre de la pression sur les libéraux, à la veille d'un vote prévu mardi à la Chambre des communes.

Dans un message écrit obtenu par La Presse canadienne, Murray Sinclair affirme qu'il ne peut trop souligner la nécessité que le gouvernement fédéral se soumette immédiatement à l'ordre du Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP).

En janvier, le TCDP avait déclaré qu’Ottawa faisait preuve de «discrimination» envers les enfants vivant dans les réserves autochtones. Il avait conclu que le fédéral n’offrait pas les mêmes services à ces enfants que ce que fournissent les provinces pour les autres.

Le Tribunal notait également que les besoins réels des enfants et des familles des Premières Nations en matière de services sont souvent plus lourds que ceux des personnes vivant à l’extérieur des réserves, et qu’il fallait ajuster le financement en conséquence.

Le vote de mardi concerne une motion demandant un investissement immédiat de 155 millions $ et un plan de financement pour les prochaines années.

La motion, présentée par le député néo-démocrate Charlie Angus, demande également au gouvernement d'appliquer le «principe de Jordan», qui stipule qu'aucun enfant autochtone ne devrait souffrir de disputes bureaucratiques.

Il a été nommé ainsi en l'honneur de Jordan River Anderson, un garçon de cinq ans ayant des besoins complexes et qui est décédé à l'hôpital en 2005, après une bataille de deux ans entre les gouvernements fédéral et manitobain au sujet des coûts de ses soins à domicile.

«Les politiques discriminatoires du Canada ont mené à davantage d'interventions ratées dans la vie de familles des Premières Nations que les pensionnats autochtones, et des changements importants doivent être apportés», a déclaré Murray Sinclair.

«Une action immédiate est nécessaire, a-t-il ajouté. J'encourage les membres de la Chambre des communes à appuyer la motion du député Charlie Angus.»