NOUVELLES
31/10/2016 08:38 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Millions en espèces, montres de luxe: les fonctionnaires ukrainiens sont riches

Montres de luxe, oeuvres d'art, millions de dollars en espèce: les fonctionnaires ukrainiens ont dû faire étalage de leur fortune pour répondre à une nouvelle loi leur imposant de déclarer en ligne leurs biens et revenus.

Un étalage qui en a choqué plus d'un en Ukraine, ex-république soviétique en proie à une profonde crise économique, où le salaire minimum s'élève à 56 dollars (51 euros) par mois.

L'adoption de cette nouvelle loi avait été exigée par le Fonds monétaire international (FMI), qui octroie une aide financière vitale à l'Ukraine, dans un but de transparence et de lutte contre la corruption.

Plus de 100.000 fonctionnaires se sont pliés à cette obligation. Y compris le président ukrainien Petro Porochenko, qui apparaît comme le plus riche d'entre eux.

Homme d'affaires à la tête d'un empire du chocolat avant d'être élu président en mai 2014, M. Porochenko a déclaré être actuellement propriétaire de plus de 100 sociétés dans différents pays, dont la Russie.

Il a ajouté conserver plus de 26 millions de dollars (23,7 millions d'euros) à la banque. Selon l'hebdomadaire Novoïe Vremia, sa richesse s'élève au total à quelque 949 millions de dollars (867 millions d'euros), ce qui fait de lui le 4ème homme le plus riche d'Ukraine, derrière les oligarques Rinat Akhmetov, Viktor Pintchouk et Igor Kolomoïski.

Le Premier ministre Volodymyr Groïsman a de son côté déclaré posséder plus d'un million de dollars (913.000 euros) en espèces et près de 100.000 dollars (91.000 euros) déposés dans une banque. Il a également déclaré une collection de 9 montres de luxes, dont deux Rolex.

Le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, a indiqué posséder trois appartements, dont l'un de 657 mètres carrés, ainsi qu'une cave à vins d'environ 750 bouteilles. Il est aussi l'heureux propriétaire d'une collection d'antiquités et d'oeuvres d'art, dont un tableau de Pablo Picasso.

- 15 millions de dollars en espèces -

C'est un député indépendant, Viatcheslav Konstantinovski, qui détient la plus grosse somme d'argent en espèces: près de 15 millions de dollars (13,7 millions d'euros).

Comme plusieurs autres responsables, il a affirmé avoir bâti sa fortune en tant qu'homme d'affaires, avant d'être élu député, fonction pour laquelle il a perçu un salaire de 2.825 dollars (2.579 euros) en 2015.

Spécialiste de l'économie ukrainienne, l'expert suédois Anders Aslund s'est étonné de ces sommes astronomiques conservées "en espèces, à la maison" par des responsables ukrainiens.

Cela signifie qu'"ils ne font confiance ni aux banques, ni à l'euro, ni à la hryvnia, ni aux roubles", a-t-il commenté sur Twitter.

Les déclarations de revenus des fonctionnaires ont par ailleurs parfois fait apparaître des éléments inattendus.

Un député du parti radical, Andriï Lozovy, est propriétaire d'une relique sacrée datant du 13 ème siècle. Un autre parlementaire du parti du président Porochenko, Anatoli Matvienko, possède lui une église dans la région de Vinnytsya (centre de l'Ukraine).

"Chaque fois que je regarde ces déclarations, je repense à quel point nous avions tous été choqués par Mejiguiria (la luxueuse résidence de l'ancien président, Viktor Ianoukovitch, ndlr)", a réagi avec amertume sur Facebook Olga Rechetilova, une volontaire venant en aide aux soldats dans l'Est de l'Ukraine.

"Tant d'indignation et puis quoi? Ils continuent de collectionner des montres et des icônes pour des millions", a-t-elle ajouté.

En proie à une profonde crise économique aggravée par le conflit dans l'Est avec les séparatistes prorusses qui a fait plus de 9.600 morts depuis avril 2014, l'Ukraine a subi un effondrement de son PIB de 9,9% en 2015 après une chute de 6,6% l'année précédente.

Le pays vit sous perfusion financière de ses alliés occidentaux. Pendant plus d'un an, le FMI avait suspendu son aide vitale en raison, entre autres, de lacunes dans la lutte contre la corruption.

Le 15 septembre, le FMI a néanmoins indiqué reprendre son aide, approuvant le versement d'un milliard de dollars et portant le total des déboursements à plus de 7,6 milliards de dollars.

"Les négociations avec les créanciers étrangers vont désormais être beaucoup plus difficiles. Maintenant, ils savent qu'on a de l'argent", a écrit sur son blog l'économiste ukrainien Valeri Pekar.

os-lap/mp/nm/pg