NOUVELLES
31/10/2016 19:00 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Le président colombien au Royaume-Uni, la paix en ligne de mire

Le président colombien Juan Manuel Santos entame mardi une visite de trois jours au Royaume-Uni, qui inclura un déplacement en Irlande du Nord, province pacifiée dont il dit s'inspirer dans sa difficile quête d'un accord de paix avec les Farc.

Auréolé du prix Nobel de la Paix, M. Santos arrive toutefois à Londres dans une passe difficile: le chef d'Etat doit trouver une issue à la crise politique qui secoue la Colombie depuis que l'accord de paix historique signé avec les Farc -- mettant fin à 52 ans d'un conflit qui a fait 260.000 morts -- a été rejeté par référendum le 2 octobre.

Dimanche, il a annoncé vouloir conclure un nouvel accord avec la guérilla "avant Noël", afin d'éviter que le processus de paix n'"explose". "Les négociateurs et moi-même avons rencontré quasiment toutes les organisations, et nous étudions actuellement plus de 500 propositions", a-t-il expliqué dans un entretien au journal britannique The Observer.

Comme un symbole, le président se rendra jeudi à Belfast, capitale d'une province déchirée par trois décennies d'affrontements (1969-1998) entre partisans de l'union avec le Royaume-Uni et nationalistes aspirant à l'union avec l'Irlande. Il doit notamment y rencontrer les habitants d'un quartier du nord de la ville pour évoquer la question de la réconciliation entre les communautés.

- Rescapé d'un attentat de l'IRA -

Santos connaît bien la question: lui-même a échappé de peu dans sa jeunesse à un attentat de l'IRA, l'armée républicaine irlandaise. Alors qu'il marche dans le quartier de Piccadilly, en plein centre de Londres, une bombe explose dans une poubelle, l'atteignant dans son souffle.

"Des années plus tard (...), quand j'ai vu une photo de la Reine en train de serrer la main d'un dirigeant de l'IRA, je me suis dit +Mon dieu, c'est donc possible+. Le processus de paix avec l'IRA a été une source d'inspiration pour moi par bien des aspects", confiait-il en septembre à la BBC.

Pour autant, à l'inverse des Colombiens, les Nord-Irlandais avaient approuvé massivement (71%) l'"Accord du Vendredi Saint" conclu en 1998 pour mettre fin aux "Troubles" ayant fait près de 3.600 morts.

Avant son déplacement en Irlande du Nord, M. Santos rencontrera mardi à Londres la Reine Elizabeth II. En vertu du protocole, les deux chefs d'Etat franchiront le portail de Buckingham Palace en carrosse tiré par des chevaux gris, avant un vaste banquet à la résidence de la Reine.

Le président colombien doit également s'entretenir mercredi avec la Première ministre Theresa May, avant de donner une intervention à la London School of Economics (LSE), prestigieuse université londonienne où il a étudié dans les années 1970.

rba-al/mc/juf