NOUVELLES
31/10/2016 08:13 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

GB: quatre candidats pour succéder à Nigel Farage à la tête de l'Ukip

Quatre candidats vont s'affronter pour succéder à Nigel Farage à la tête du parti europhobe britannique Ukip gangrené par une crise profonde après la démission d'une première cheffe et le départ du parti de l'eurodéputé Steven Woolfe.

"Les candidats à la direction de l'Ukip sont Suzanne Evans, Paul Nuttall, John Rees-Evans et Peter Whittle", a indiqué lundi dans un communiqué le président du parti Paul Oakden après la clôture à 12H00 GMT des candidatures.

L'ancien chef-adjoint du parti Paul Nuttall et l'ancienne présidente adjointe de l'Ukip Suzanne Evans font figure de favoris après le retrait de dernière minute de Raheem Kassam qui avait reçu le soutien du principal donateur du parti Arron Banks.

Le vote doit débuter le 11 novembre avec un résultat attendu le 28 novembre, a précisé à l'AFP un porte-parole du parti.

Le retrait de Raheem Kassam intervient après le départ fracassant, mi-octobre, du favori dans cette succession, l'eurodéputé Steven Woolfe, qui avait illustré les difficultés du parti anti-immigration depuis le retrait de son leader Nigel Farage.

Celui-ci a annoncé en juillet quitter ses fonctions, estimant son devoir accompli après le vote des Britanniques en faveur de la sortie de l'Union européenne le 23 juin.

"Je suis arrivé à la conclusion que l'Ukip est ingouvernable sans Nigel Farage pour le diriger, et la cause du référendum pour le rassembler", avait jugé Steven Woolfe, annonçant "abandonner sa campagne pour la direction" du parti et poser sa "démission avec effet immédiat de l'Ukip".

Cette annonce faisait suite à une altercation l'ayant opposé à Mike Hookem, un collègue de son parti, dans l'enceinte du Parlement européen à Strasbourg, à la suite de laquelle Steven Woolfe avait été hospitalisé.

Le parti était déjà fragilisé par le départ pour "raisons personnelles et professionnelles" début octobre de sa nouvelle cheffe, Diane James, tout juste intronisée à la mi-septembre.

Alors qu'il avait toutes les raisons de jubiler après le vote des Britanniques en faveur du Brexit, il n'a cessé depuis de s'enfoncer dans une crise existentielle.

En attendant l'élection du prochain leader, c'est Nigel Farage qui assure la direction de l'Ukip par intérim, signe des difficultés du parti à trouver un successeur à celui qui l'a fait sortir de l'ombre.

Sous la houlette de Farage, l'Ukip est devenu la troisième force politique britannique après avoir obtenu le vote de 3,8 millions d'électeurs (12,6% des votes, mais un seul député) lors des législatives de mai 2015.

mc/fb/pg