NOUVELLES
31/10/2016 09:13 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Emirats: sept personnes lourdement condamnées pour liens avec le Hezbollah

Sept personnes ont été condamnées lundi par un tribunal émirati à des peines de prison, dont trois à perpétuité, pour avoir formé une cellule liée au Hezbollah, mouvement chiite libanais favorable à l'Iran, a annoncé l'agence officielle émiratie WAM.

La Cour de sûreté de l'Etat à Abou Dhabi a condamné un Emirati et deux Libanais à la prison à vie, tandis qu'un Irakien et un autre Libanais se sont vu infliger des peines de 15 ans, a indiqué WAM.

Une Egyptienne et un autre Emirati ont eux été condamnés à 10 ans de prison chacun.

Ces personnes étaient notamment accusées d'avoir "transmis des informations classées secrètes sur un département gouvernemental (émirati) au (groupe) terroriste libanais Hezbollah au profit d'un pays étranger", a précisé l'agence des Emirats.

Les accusations incluaient aussi la transmission d'informations à propos de "la production pétrolière dans l'un des Emirats, ainsi que des cartes de champs de pétrole et de gaz". Il était enfin reproché au groupe d'avoir "formé et dirigé un groupe international dépendant du parti (Hezbollah) sans autorisation du gouvernement".

Des proches des accusés ainsi que des avocats et des journalistes locaux ont pu assister aux audiences, selon WAM. La presse étrangère, elle, n'est généralement pas autorisée à assister à ce type de procès.

En mars, la Ligue arabe et le Conseil de coopération du Golfe (CCG), dont sont membres les Emirats, avaient qualifié le Hezbollah de groupe "terroriste", en raison notamment de son soutien au régime syrien. L'Arabie saoudite avait joué un rôle moteur dans cette décision.

En Syrie, le Hezbollah combat, aux côtés de conseillers iraniens, pour défendre le pouvoir du président Bachar al-Assad, tandis que des groupes rebelles sont soutenus par des Etats du Golfe.

Dans un autre procès, la Cour a condamné un Emirati à sept ans de prison pour avoir "combattu avec un groupe terroriste en Syrie", a rapporté le quotidien The National. L'homme de 24 ans a été reconnu coupable d'avoir rejoint le groupe islamiste Ahrar al-Cham en Syrie en 2013 et reçu une formation au combat.

Selon son avocat, il s'était rendu en Syrie pour récupérer le corps de son père tué en combattant avec le groupe, a ajouté le journal.

Sa soeur, âgée de 34 ans, a été condamnée à cinq ans de prison et 500.000 dirhams (124.00 euros) d'amende pour avoir publié des tweets insultants envers l'Etat, selon la même source.

ak/ras/cmk/iw