NOUVELLES
30/10/2016 20:32 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Stanley Vollant - De Compostelle à Kuujjuaq en première mondiale au FCIAT

Le docteur Stanley Vollant a parcouru près de 6000 kilomètres en 6 ans pour aller à la rencontre des différentes communautés autochtones de l'est du Canada.

Une vie de changée

C'est un message d'espoir et de persévérance que livre Stanley Vollant.

Un message qui a trouvé écho chez Caroline Fontaine. Depuis qu'elle a rencontré Stanley Vollant lors d'une expédition de 26 jours entre Schefferville et Kuujjuaq, elle ne consomme plus d'alcool ni de drogue.

Ça changé ma vie, ma façon de voir la vie, ma façon de penser, ma façon de vivre, mais de tout entendre ça, disons que je n'avais pas réalisé l'ampleur du projet et tout, mais là je viens de le comprendre.

Caroline Fontaine

Le documentaire a reçu tout un accueil de la part des festivaliers. Un signe que le message commence à être entendu, selon Stanley Vollant.

Je le dis candidement et très réalistement, je ne verrai pas de mon vivant l'amélioration des conditions au même niveau que le restant des Canadiens et Québécois, mais mes enfants et mes petits-enfants vont le voir.

Stanley Vollant

« Tranquillement, on pourra avancer vers cet état-là où les Autochtones pourront aspirer aux mêmes conditions de vie que le restant de la population québécoise et canadienne et pourront devenir des acteurs importants du développement de notre pays », ajoute-t-il.

Passer le flambeau

Stanley Vollant a l'intention de passer le flambeau aux futures générations. « J'essaie de former des gens pour devenir des leaders de demain, des leaders qui pensent à la communauté et pas à eux-mêmes », dit-il.

Moments émotifs pour le producteur

Le producteur du film, Yves Lafontaine, est satisfait de la réaction du public. « Un moment donné, on sentait qu'on touchait à quelque chose parce qu'en montage, sur un petit écran, ça nous touchait. Est-ce que c'est nous qui étions trop sensibles ou est-ce qu'on touchait à quelque chose? J'ai l'impression que le public a réagi avec beaucoup d'émotion et pour nous, dire que ça a été extrêmement émotif, c'est un euphémisme », lance-t-il.