POLITIQUE
31/10/2016 11:05 EDT

Le Québec accueillera une chaire de recherche sur la radicalisation (VIDÉO)

À peine lancée, la Conférence de Québec sur la prévention de la radicalisation des jeunes donne déjà des fruits avec la création d'une chaire internationale de recherche sur le sujet. Sous l'égide de l'UNESCO, la chaire de recherche regroupera des experts de l'Université de Sherbrooke et de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

La ministre québécoise des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, et la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, ont annoncé le dépôt du projet à l'UNESCO.

« Le Québec se positionne déjà sur la scène internationale comme un précurseur reconnu et salué en matière de lutte contre la radicalisation menant à la violence, a déclaré Mme St-Pierre. Cette nouvelle chaire permettra d'approfondir nos connaissances sur cet enjeu majeur et de mettre de l'avant l'expertise québécoise auprès de partenaires internationaux. »

Un programme d'éducation aux valeurs démocratiques et civiques sera lancé au cours de la journée. Mis sur pied par une professeure de l'UQAM, Catherine Audrain, le programme prône l'apprentissage du dialogue philosophique à l'école.

La ministre St-Pierre estime qu'un dialogue est nécessaire afin de bien comprendre les causes de la radicalisation et ce qui motive les jeunes qui empruntent cette voie.

Québec estime que la prévention doit passer par les mêmes canaux qu'utilisent les djihadistes pour les rejoindre, soit Internet et les réseaux sociaux.

« Les phénomènes de radicalisation menant à la violence ont plus que jamais une dimension globale », a-t-elle poursuivi. « Au moyen des nouvelles technologies, les agents de radicalisation se sont affranchis des frontières physiques pour propager leur idéologie de destruction et de haine. »

«Les travaux qui débutent aujourd'hui permettront d'enrichir les connaissances pour ultimement renforcer les compétences de tous les acteurs concernés.» ― Christine St-Pierre

La ministre St-Pierre souligne l'importance de coopérer avec des organismes disposant d'antennes dans « des pays particulièrement exposés à cette menace ». C'est pourquoi le gouvernement du Québec s'est associé à l'UNESCO et au Centre des Nations unies pour lancer un projet de prévention de l'extrémisme violent en Jordanie, en Libye, au Maroc et en Tunisie.

La conférence de Québec réunit plus de 450 participants de 70 pays, dont des experts issus de différents ordres gouvernementaux, d'organisations internationales, du secteur privé, du milieu universitaire, mais aussi de la société civile.