NOUVELLES
31/10/2016 08:44 EDT | Actualisé 01/11/2017 01:12 EDT

Accord UE-Ukraine: les Pays-Bas prennent plus de temps pour trouver une issue au référendum

Le gouvernement néerlandais a assuré lundi avoir besoin de temps pour négocier un compromis autour d'un accord-clé entre l'Union européenne et l'Ukraine et poursuivra les négociations de manière intensive jusqu'au sommet européen de décembre.

Le Premier ministre Mark Rutte joue les équilibristes politiques depuis le référendum consultatif du 6 avril, convoqué par des groupes eurosceptiques, au terme duquel les Néerlandais se sont prononcés en faveur du "Non" malgré une participation à peine supérieure au seuil nécessaire pour valider le vote.

Les Pays-Bas sont le seul Etat membre de l'UE à ne pas avoir ratifié cet accord d'association, visant à renforcer le dialogue politique et les échanges économiques et commerciaux entre l'UE et l'Ukraine, dans une tentative de rapprochement avec ce pays voisin de la puissance russe.

M. Rutte tente de trouver une manière d'amender l'accord UE-Ukraine alors que sa coalition gouvernementale ne dispose pas d'une majorité au sénat.

"Seule une solution juridiquement contraignante qui fait droit au +non+ peut rendre possible la ratification par les Pays-Bas", a-t-il indiqué dans une lettre adressée lundi au Parlement. "Ce processus prend du temps", a-t-il ajouté, alors que le Parlement avait fixé à mardi la date butoir pour une décision du gouvernement.

Le Premier ministre a donc décidé "dans l'intérêt du pays" de poursuivre les négociations qu'il mène aussi bien avec les partenaires européens et l'Ukraine qu'au sein de son Parlement et ce, durant les six semaines précédant le Conseil européen des 15 et 16 décembre.

Pour respecter l'issue du référendum néerlandais, M. Rutte souhaiterait l'amender: l'accord UE-Ukraine devrait stipuler qu'il ne s'agit pas d'une première étape vers une adhésion à l'Union ou ne devrait pas faire référence au renforcement de la coopération militaire.

jkb-shm/ger