NOUVELLES
30/10/2016 01:16 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Venezuela: rencontre entre le gouvernement et l'opposition dimanche

Les dirigeants du gouvernement et de l'opposition au Venezuela vont se rencontrer dimanche, en présence d'un représentant du Vatican, pour amorcer un dialogue sur la crise politique qui s'aggrave, ont annoncé les deux parties.

Cette rencontre intervient alors que l'opposition veut mettre au pied du mur le président Nicolas Maduro, le jugeant notamment responsable de l'une des pires crises économiques de l'histoire du pays.

L'accord pour la tenue de la rencontre de dimanche est interveu au cours d'un sommet régional samedi à Carthagène des Indes, en Colombie.

"Un processus de dialogue va commencer avec les groupes d'opposition", a annoncé la ministre vénézuelienne des Affaires étrangères Delcy Rodriguez lors d'un discours au sommet ibéro-américain de Carthagène.

Le dirigeant de l'opposition de centre droit, réunie au sein de la la Table pour l'unité démocratique (MUD), Jesus Torrealba, a affirmé tard samedi que cette coalition prendrait part aux discussions, même si elle le faisait avec "scepticisme et méfiance".

Ces pourparlers interviennent alors que le président Maduro a menacé de faire arrêter les dirigeants de l'opposition si un processus de destitution était engagé contre lui au Parlement, comme c'est prévu pour la semaine prochaine.

Pour sa part, l'opposition a appelé à une "marche pacifique" jeudi prochain vers le palais présidentiel de Miraflores, un lieu hautement symbolique: le 11 avril 2002, une manifestation s'y dirigeant avait viré au coup d'Etat et le président Hugo Chavez en avait été délogé pendant trois jours.

Selon Delcy Rodriguez, la réunion de dimanche vise à mettre un terme aux actions "anticonstitutionnelles et antidémocratiques" de l'opposition.

Le MUD pour sa part réitéré dans un communiqué qu'il demandait au gouvernement de respecter son droit constitutionnel à organiser un référendum visant à révoquer le président.

Un appel à la grève générale de l'opposition pour mettre sous pression le chef de l'Etat avait été partiellement suivi vendredi. Au cours des derniers jours, des affrontements entre la police anti-émeutes et des manifestants pro et anti-gouvernement se sont produits dans le pays.

Il n'a pas été possible de savoir dans un premier temps où aurait lieu la réunion de dimanche: les chefs de l'opposition ont rejeté une proposition de la tenir à Isla Margarita, une île vénézuelienne des Caraïbes, et insistent pour qu'elle se déroule à Caracas.

Le Venezuela vit l'une des pires crises économiques de son histoire, asphyxié par la chute des cours du brut, source de 96% de ses devises. Son inflation, stimulée par les pénuries, est devenue totalement incontrôlable: elle devrait atteindre 475% cette année selon le FMI puis exploser à 1.660% en 2017.

erc/sg/at