NOUVELLES
30/10/2016 16:32 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Stanley Vollant : de Compostelle à Kuujuaq, en première mondiale au FCIAT

Le documentaire Stanley Vollant : de Compostelle à Kuujuaq a été présenté en première mondiale dimanche au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Le documentaire a été ovationné pendant plusieurs minutes par les festivaliers.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le docteur Stanley Vollant a parcouru près de 6000 kilomètres en 6 ans pour aller à la rencontre des différentes communautés autochtones de l'est du Canada.

Une vie de changée

C'est un message d'espoir et de persévérance que livre Stanley Vollant.

Un message qui a trouvé écho chez Caroline Fontaine.

Depuis qu'elle a rencontré Stanley Vollant lors d'une expédition de 26 jours entre Schefferville et Kuujjuaq, elle ne consomme plus d'alcool ni de drogue.

Le documentaire a reçu tout un accueil de la part des festivaliers.

Un signe que le message commence à être entendu, selon Stanley Vollant.

« Tranquillement, on pourra avancer vers cet état-là où les autochtones pourront aspirer aux mêmes conditions de vie que le restant de la population québécoise et canadienne et pourront devenir des acteurs importants du développement de notre pays. »

Passer le flambeau

Stanley Vollant a l'intention de passer le flambeau aux futures générations.

« J'essaie de former des gens pour devenir des leaders de demain, des leaders qui pensent à la communauté et pas à eux-mêmes. »

Moments émotifs pour le producteur

Le producteur du film, Yves Lafontaine, est satisfait de la réaction du public.

« Un moment donné, on sentait qu'on touchait à quelque chose parce qu'en montage, sur un petit écran, ça nous touchait. Est-ce que c'est nous qui étions trop sensibles ou est-ce qu'on touchait à quelque chose? J'ai l'impression que le public a réagi avec beaucoup d'émotions et pour nous, dire que ça a été extrêmement émotif, c'est un euphémisme. »