NOUVELLES
30/10/2016 08:31 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Mark Carney quitterait bientôt la Banque d'Angleterre

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, le Canadien Mark Carney, n'aurait pas l'intention de prolonger de trois ans son mandat qui prend fin en 2018, et pourrait annoncer sa décision dès jeudi, rapporte la presse britannique, qui évoque des tensions avec le gouvernement de Theresa May.

Ancien gouverneur de la Banque du Canada, M. Carney a déclaré qu'il déciderait avant la fin de l'année de rester ou non au-delà des cinq années pour lesquelles il s'est engagé lorsqu'il a pris les rênes de la banque en juillet 2013. Son contrat lui donne la possibilité de prolonger son mandat de trois ans.

Il doit tenir une conférence de presse trimestrielle jeudi.

Selon le Sunday Times, Mark Carney apprécie peu les équipes de la première ministre Theresa May et avait une relation plus étroite avec le prédécesseur de l'actuel ministre des Finances Philip Hammond, George Osborne, qui l'avait nommé.

De plus, au début du mois, Mme May a critiqué la politique de la Banque d'Angleterre, jugeant notamment que les taux d'intérêt, qu'elle trouve trop bas, nuisent aux épargnants.

L'édition de samedi du Times - dont les équipes sont distinctes de celles du Sunday Times - avait rapporté que les motivations de M. Carney pour quitter la banque en 2018 étaient plus personnelles.

« Des personnalités qui connaissent le gouverneur ont dit qu'ils jugeaient plus probable qu'il choisisse de retourner au Canada en 2018 », a écrit le Times, ajoutant qu'il serait notamment motivé par des préoccupations familiales.

« L'éventualité qu'il s'en aille avant 2018 a été fermement rejetée », a ajouté le journal, précisant qu'une annonce pourrait être faite lors de la conférence de presse de jeudi ou lors d'une future intervention devant la commission parlementaire chargée de la banque centrale.

La Banque d'Angleterre a refusé de commenter l'article du Times et renvoyé à de récentes déclarations publiques de Mark Carney sur le sujet.

La semaine dernière, le gouverneur de la Banque a dit que sa décision de rester ou non serait fondée sur des considérations personnelles plutôt que politiques, et qu'il lui faudrait trouver du temps pour se décider.