NOUVELLES
30/10/2016 09:54 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Le commissaire européen Oettinger se défend d'avoir tenu des propos racistes et homophobes

Le commissaire européen à l'Economie numérique Günther Oettinger s'est défendu dimanche d'avoir tenu des propos racistes et homophobes dans un discours tenu plus tôt dans la semaine, secrètement enregistré, où il parle notamment des "bridés" et du mariage homosexuel "imposé".

Invité par une fédération de chefs d'entreprises à Hambourg (nord) mercredi soir, M. Oettinger s'est exprimé sur les Chinois, les femmes ou le mariage homosexuel en des termes qui ont suscité un tollé en Allemagne, son pays d'origine.

Il y raconte notamment avoir reçu des ministres chinois, tous "peignés de gauche à droite avec du cirage noir".

L'auteur de l'enregistrement, diffusé vendredi sur YouTube et repris samedi par le site du Spiegel, affirme avoir commencé à filmer après que M. Oettinger eut utilisé des termes comme "les yeux bridés" ou les "escrocs" à propos des Chinois.

Interrogé par le journal Die Welt, Günther Oettinger a assuré qu'il "s'agissait d'une expression familière qui ne se voulait en aucun cas un manque de respect vis-à-vis de la Chine".

Dans son discours, M. Oettinger avait également abordé des sujets de politique intérieure en Allemagne et évoqué "le mariage homosexuel" qui sera selon lui "bientôt imposé" dans ce pays.

"Je n'ai rien contre le mariage entre personnes du même sexe", a-t-il affirmé dimanche à la radio publique SWR.

"Mais pendant qu'ils parlent et se disputent à ce sujet, il n'y a pas de place pour d'autres questions, critiques, sur la façon de maintenir l'Allemagne et l'Europe en tête dans un monde qui bouge", a-t-il ajouté.

Dans son discours à Hambourg, M. Oettinger a souligné que l'Allemagne et d'autres pays de l'UE permettaient aux entreprises chinoises d'acheter des firmes européennes, leur savoir-faire et leur propriété intellectuelle, tandis que la Chine en revanche n'autorisait pas les Européens à investir aussi librement chez elle.

"Les mêmes règles devraient s'appliquer à la Chine et à l'Europe. Nous devrions ouvrir nos marchés les uns aux autres à la même échelle", a-t-il déclaré au journal Die Welt.

Il a affirmé au journal que l'enregistrement avait sorti des phrases hors de leur contexte et qu'il avait "reçu de nombreuses réactions positives" à son discours.

Les termes utilisés par M. Oettinger, qui doit bientôt accéder au portefeuille du Budget au sein de l'exécutif européen, ont suscité de virulentes critiques. L'association française SOS Racisme a ainsi appelé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et la chancelière allemande Angela Merkel à "prendre les sanctions adéquates face à ce comportement indigne d'un membre de la Commission".

la secrétaire générale du Parti social-démocrate (SPD), Katarina Barley, interrogée par le magazine Der Spiegel, a estimé que "quelqu'un qui répand ouvertement les opinions racistes et homophobes se disqualifie pour les plus hautes fonctions politiques".

tgb/mr/cls

GOOGLE