NOUVELLES
30/10/2016 13:17 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Le Canada veut développer le para-bobsleigh

La piste olympique de bobsleigh de Calgary a accueilli cette fin de semaine les tout premiers championnats canadiens de para-bobsleigh.

Un texte de Julien Lecacheur

Le 29 octobre 2016 restera à jamais gravé dans l'histoire du para-bobsleigh au Canada. Elle aussi inscrite dans la mémoire de Lonnie Bissonnette qui est devenu le premier champion canadien de cette discipline pour personnes handicapées.

Déjà champion du monde et vainqueur de la coupe du monde de para-bobsleigh, l'athlète espère que cette compétition et cette médiatisation feront la promotion du sport.

Le para-bobsleigh ressemble de très près au bobsleigh. Dans cette discipline, un seul athlète embarque. Il doit ensuite piloter et contrôler le freinage tout seul.

De plus, aucune poussée n'est nécessaire et le départ s'effectue alors au moment ou l'inclinaison de la piste est suffisante pour que le bobsleigh glisse de lui même. Enfin, le bobsleigh est plus léger que ceux utilisés à deux ou à quatre.

Malgré les différences entre les deux disciplines, Lonnie Bissonnette explique que finalement, tous les athlètes, handicapés ou non, pratiquent le même sport et peuvent glisser à plus de 100 km/h.

En vue de l'introduction du para-bobsleigh aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin en 2022, le Canada devrait augmenter dans les prochains mois le budget alloué à ce sport à travers le programme À nous le podium.

Chris Le Bihan, le directeur des performances à Bobsleigh Canada explique que l'argent servira d'abord à recruter davantage de pilotes.

La championne de bobsleigh Kaillie Humphries se réjouit de voir le para-bobsleigh sortir de l'ombre. Elle a pris le temps de conseiller les pilotes, même au beau milieu d'une compétition.

En attendant les Jeux olympiques de Pékin, les athlètes de para-bobsleigh se retrouveront pour la première manche de la coupe du monde de la spécialité à Park City dans l'Utah.