NOUVELLES
30/10/2016 01:42 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Des Philippins ont pu pêcher près d'un récif disputé avec Pékin

Des navires chinois patrouillent toujours près du récif disputé de Scarborough, en mer de Chine méridionale, mais n'empêchent plus les pêcheurs philippins de travailler à proximité, a affirmé dimanche un porte-parole du ministère philippin de la Défense.

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, soit 2,6 millions de kilomètres carrés, une zone qui fait également l'objet pour partie de prétentions rivales des Philippines, du Vietnam, de la Malaisie et de Brunei.

Pour y asseoir ses prétentions, Pékin a construit des îles artificielles qui sont susceptibles d'accueillir des bases militaires.

En juillet, peu après l'entrée en fonction du nouveau président philippin Rodrigo Duterte, la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye a donné raison à Manille en estimant que les revendications chinoises n'avaient pas de fondement historique et que la construction d'îlots artificiels était illégale.

Mais, plutôt que d'utiliser cette décision pour faire pression sur Pékin, M. Duterte a cherché la réconciliation avec le puissant voisin, effectuant mi-octobre sa première visite en Chine.

A son retour, il avait évoqué la possibilité d'une avancée sur Scarborough: "Il faudra attendre quelques jours. Il se peut que nous puissions y retourner".

Dimanche le porte-parole du ministère philippin de la Défense Arsenio Andolong a indiqué que les pêcheurs de son pays qui s'étaient rendus samedi sur le récif de Scarborough y avaient vu des patrouilleurs chinois.

"Les pêcheurs philippins qui sont allés à Bajo de Masinloc (ndlr: le nom philipin pour ce récif contesté) y ont vu un nombre indéterminé de bateaux blancs chinois dans la zone mais n'ont été l'objet d'aucun harcèlement et ont pu pêcher en paix", a-t-il dit dans un communiqué.

Scarborough se trouve à 230 kilomètres de Luzon, l'île principale des Philippines, et des générations de pêcheurs philippins y ont jeté leurs filets. Le récif est situé à 650 km de l'île de Hainan, la masse terrestre chinoise la plus proche.

En 2012, la Chine a pris le contrôle de cet atoll, qui sert également d'abri par mauvais temps, après que les marines des deux pays se furent brièvement toisées.

Depuis lors, les bateaux de pêche non chinois qui s'approchaient de la bouche du lagon étaient accueillis à grands coups de corne de brume par un navire chinois amarré à l'intérieur. Ceux qui refusaient de partir prenaient le risque d'être arrosés au canon à eau, voire d'être percutés, selon les Philippins.

mm/jac/pt