NOUVELLES
30/10/2016 05:01 EDT | Actualisé 31/10/2017 01:12 EDT

Ayrault évoque à Pékin les entraves aux investissements étrangers

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a évoqué dimanche à Pékin les entraves aux investissements étrangers en Chine, au moment où les investissements chinois en Europe suscitent des inquiétudes.

"Les investissements chinois en Europe provoquent des débats, particulièrement en Allemagne", a observé M. Ayrault lors d'une rencontre avec des entrepreneurs français de start-ups implantés en Chine. "Il ne faut pas avoir peur des investissements étrangers mais il faudrait en même temps que nos propres investissements ne soient pas entravés" en Chine, a remarqué le ministre.

"Dans les discussions bilatérales, cette question est au coeur de nos échanges", a assuré M. Ayrault, qui doit s'entretenir lundi à Pékin avec de hauts responsables chinois.

Le ministre a remarqué que les entraves aux investissements de nature "bureaucratique" peuvent être surmontées. "Mais il y a aussi des aspects plus protectionnistes, il faut les aborder", a-t-il dit.

"Il y a une réciprocité qu'il faut qu'on arrive à obtenir", a plaidé Jean-Marc Ayrault. "Ces questions, nous pouvons les poser avec franchise à nos partenaires chinois. Ce sont des questions légitimes", a-t-il estimé.

La polémique sur la frénésie d'investissements chinois en Europe a rebondi la semaine dernière avec la suspension en Allemagne du rachat de l'industriel Aixtron par le chinois Grand Chip Investment.

Principal artisan de ce durcissement, le vice-chancelier et ministre allemand de l'Économie, Sigmar Gabriel, devrait évoquer cette question lors du voyage qu'il entame mardi en Chine.

Les investissements chinois vers l'UE ont bondi de 44% en 2015 à 20 milliards d'euros, ce qui représentait le double des investissements européens vers la Chine.

"Pour Pékin, l'Europe est un plantureux banquet à profusion, tandis qu'à nous, (la Chine) réserve quelques plats et une soupe, et basta", a dénoncé le mois dernier le président de la Chambre de commerce de l'UE en Chine, Joerg Wuttke.

bar/at

AIXTRON