POLITIQUE
27/10/2016 11:36 EDT

Steven Blaney veut éviter une autre affaire Shafia (VIDÉO)

C'est pourquoi il ramène le débat identitaire à l'avant-plan.

OTTAWA – Steven Blaney veut ramener le débat identitaire à l’avant-plan dans la course à la direction du Parti conservateur du Canada afin d’éviter « des dérives comme on en a connu dans le passé ».

« Ce à quoi on assiste présentement, c’est une lente érosion du socle identitaire canadien. On est confrontés à des situations, d’une certaine manière, qu’on n’aurait jamais cru possibles il y a quelques décennies », a-t-il expliqué, en entrevue avec Le Huffington Post Québec.

L’ancien ministre de la Sécurité publique cite, entre autres, les crimes d’honneur de la famille Shafia en 2009, dont le procès avait choqué le pays en entier. Le père de la famille, sa deuxième épouse et leur fils purgent actuellement une peine de prison à vie pour les meurtres prémédités de quatre femmes de leur famille.

« Jamais on aurait pensé que le Code criminel serait nécessaire pour régler des enjeux de valeurs, avance Blaney. Donc, c’est important de bien s’assurer que lorsqu’on accueille de nouveaux citoyens canadiens, qu’on s’assure qu’ils soient bien intégrés au tissu social canadien. »

« Chaque personne est libre d’avoir ses croyances, ses coutumes, ses pratiques, c’est ça qui fait notre diversité. Mais il est important aussi […] que les principes de la vie canadienne aillent en quelque sorte, au-delà de nos propres croyances. »

« C’est clair qu’il y a, dans certaines croyances, des éléments qui entrent en contradiction totale avec les concepts fondamentaux de la société canadienne. »

« On vit dans une société ouverte et généreuse, mais il est important de s’assurer que les gens respectent, par exemple, l’égalité entre les hommes et les femmes, continue-t-il. C’est clair qu’il y a, dans certaines croyances, des éléments qui entrent en contradiction totale avec les concepts fondamentaux de la société canadienne. »

Questionné à savoir quelles sont ces croyances qui posent problème, après l’entrevue, son porte-parole Pierre-Luc Jean a précisé que Blaney faisait référence aux enseignements de l’imam Hamza Chaoui, qui a dit que l’islam est incompatible avec la démocratie.

« Cette croyance est tout à fait fausse et elle entre en contradiction totale avec les principes fondamentaux de notre pays », a-t-il expliqué dans une déclaration écrite.

Les Canadiens peuvent se sentir «troublés»

S’il est élu premier ministre, Blaney voudra réintroduire un projet de loi conservateur sur le vote à visage découvert, en y ajoutant des amendements sur le serment de citoyenneté et sur l’habillement des fonctionnaires fédéraux.

Le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis comptera également modifier le serment de citoyenneté pour s’assurer que les nouveaux citoyens connaissent l’une des deux langues officielles, mais respectent aussi les « principes fondamentaux » du Canada.

« Nous devons nous assurer que ces nouveaux Canadiens que nous accueillons comprennent comment nous vivons. Nous ne voulons pas que notre pays devienne comme le pays qu'ils ont quitté », a-t-il dit, lors sa première conférence de presse comme candidat à la direction du Parti conservateur du Canada, lundi.

Ne dérogeant pas de son message, Blaney a dénoncé « une certaine animosité qui s’est installée » devant le malaise d’exprimer l’identité canadienne. « Parfois, les Canadiens et les Canadiennes peuvent se sentir troublés », a-t-il ajouté.

« Il est important de réaffirmer fièrement qui nous sommes avec sérénité et d’engager cette conversation-là. Au Québec, cette discussion-là se fait et il m’apparaît tout à fait pertinent qu’elle se fasse à l’échelle nationale. »

« Le gouvernement actuel fait preuve d’une certaine puérilité en ayant une obsession du nombre sans se concentrer sur notre capacité collective à intégrer nos nouveaux Canadiens au sein de nos collectivités. »

Entre les accommodements raisonnables et la Charte des valeurs du gouvernement Marois, Blaney pense que ses propositions sur l’identité sont « somme toute assez modestes » par rapport aux débats qui ont eu lieu au Québec dans les dernières années.

Il pense toutefois que le Parlement est assez mature pour engager une conversation sur les valeurs canadiennes tout en respectant les libertés individuelles de chacun.

Ottawa fait preuve de «puérilité»

Le candidat à la direction n’a pas voulu s’avancer sur les questions de l’immigration, puisqu’il dit qu’il précisera sa position sur le sujet dans une future annonce. Mais déjà, il tire à boulets rouges sur le gouvernement Trudeau, qu’il accuse de laisser-faire dans ce dossier.

« À ce moment-ci, pour moi, le gouvernement actuel fait preuve d’une certaine puérilité en ayant une obsession du nombre sans se concentrer sur notre capacité collective à intégrer nos nouveaux Canadiens au sein de nos collectivités. »

Un comité formé par le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a soumis un rapport avec des conseils « audacieux » pour relancer l’économie. Il conseille, entre autres, d’augmenter le nombre d’immigrants à 450 000 par année d’ici 2021.

Blaney accuse le gouvernement de négliger la capacité d’intégration des nouveaux Canadiens au sein des collectivités, au risque d’avoir des « citoyens qui n’ont pas eu d’encadrement nécessaire » dans une ou deux générations.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Parti conservateur: qui sont les candidats? Voyez les images