POLITIQUE
27/10/2016 02:00 EDT | Actualisé 27/10/2016 02:01 EDT

Procès pour fraude de Jacques Corriveau: le juge donne ses directives aux jurés

Le juge au procès pour fraude de Jacques Corriveau donne ses directives aux jurés, jeudi, avant de les laisser décider du sort de l'ex-organisateur du Parti libéral du Canada, qui avait été un témoin remarqué de la commission Gomery.

Jacques Corriveau, aujourd'hui âgé de 83 ans, est accusé de fraude envers le gouvernement, de fabrication de faux documents et de recyclage des produits de la criminalité. Ami intime de Jean Chrétien, il avait œuvré à ses campagnes électorales.

La Couronne a plaidé que l'organisateur libéral avait mis au point un stratagème de ristournes sur des contrats accordés dans le cadre du programme fédéral de commandites. La poursuite a aussi soutenu qu'il s'était servi de l'entreprise Pluri Design Canada pour frauder le gouvernement.

L'accusé n'a pas témoigné à son procès, amorcé à la mi-septembre devant le juge Jean-François Buffoni, de la Cour supérieure, à Montréal.

Le programme de commandites, mis sur pied par les libéraux de Jean Chrétien, était destiné à accroître la visibilité du gouvernement fédéral au Québec à la suite de la très courte victoire du Non lors du référendum de 1995 sur la souveraineté.

La commission Gomery, qui a enquêté sur les dérapages de ce programme, a démontré que des firmes de publicité et de communication décrochaient d'alléchants contrats fédéraux qui étaient directement liés à des contributions au Parti libéral du Canada. Par ailleurs, ces contrats donnaient souvent lieu à bien peu de résultats, a conclu la commission.

On attribue généralement aux travaux de la commission Gomery la débâcle qu'ont connue les libéraux fédéraux par la suite.

Jacques Corriveau avait témoigné devant la commission il y a onze ans, en 2005.

VOIR AUSSI: