NOUVELLES
25/10/2016 10:54 EDT | Actualisé 25/10/2016 10:54 EDT

Dennis Oland libéré en attendant son deuxième procès

La Cour d'appel du Nouveau-Brunswick accorde à Dennis Oland une libération conditionnelle en attendant son deuxième procès pour le meurtre de son père Richard Oland.

Le juge Marc Richard a décrété que Dennis Oland ne représentait pas une menace pour le public et qu'il ne risquait pas de s'enfuir pour échapper à la justice. Il croit en outre que la confiance du public dans l'administration de la justice ne sera pas ébranlée outre mesure par sa libération, en attendant son nouveau procès. Il s'agissait des trois conditions qui devaient être réunies pour sa libération.

La Cour d'appel a annulé sa condamnation pour meurtre lundi et ordonné la tenue d'un nouveau procès. Elle a estimé que le juge de première instance avait erré « fondamentalement » dans ses instructions au jury, lors du premier procès qui a abouti à la condamnation de Dennis Oland, en décembre dernier.

Dennis Oland devra se conformer à certaines conditions. Il devra notamment s'engager à comparaître en cour lors des dates qui sont fixées, s'engager à garder la paix et résider à Rothesay, en banlieue de Saint-Jean.

Dennis Oland, 48 ans, avait été condamné en décembre dernier à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans. Il a passé les 10 derniers mois derrière les barreaux.

Son père Richard Oland, 69 ans, a été trouvé assassiné dans son bureau du centre-ville de Saint-Jean en juillet 2011. Il avait reçu 45 coups portés avec un objet tranchant et contondant à la tête, aux épaules et aux mains.

Le juge Marc Richard avait rejeté une première requête de libération de Dennis Oland, en février. Oland voulait être libéré en attendant l'appel de sa condamnation. « Les circonstances sont assez différentes de celles qui prévalaient la dernière fois où vous étiez devant moi », a déclaré le juge mardi.