NOUVELLES
23/10/2016 23:42 EDT | Actualisé 24/10/2017 01:12 EDT

Quatre Palestiniens arrêtés après être allés à une fête dans une colonie libérés

Les forces de sécurité palestiniennes en Cisjordanie occupée ont libéré quatre hommes arrêtés trois jours auparavant pour avoir pris part à une fête juive dans une colonie israélienne, a indiqué lundi un responsable des services de sécurité palestiniens.

"Ils ont été libérés dimanche après-midi", a dit ce responsable à l'AFP sous le couvert de l'anonymat. Il n'a pas précisé si des charges avaient été retenues contre eux.

Ces quatre Palestiniens des environs de Bethléem avaient été arrêtés jeudi. Ils avaient assisté la veille à une fête donnée dans la colonie israélienne d'Efrat à l'occasion des grandes festivités juives annuelles de Souccot.

Une trentaine de Palestiniens avaient participé à ces festivités, avec plusieurs dizaines d'Israéliens, y compris des officiers de la police et l'armée, avait dit Oded Revivi, chef du Conseil Yesha, principale organisation de colons dans les Territoires palestiniens.

Une telle présence peut être très mal vue par une grande partie des Palestiniens, même si des milliers d'entre eux travaillent quotidiennement dans les colonies, auxquelles ils n'ont normalement pas accès en dehors du travail.

Implantations civiles israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967, les colonies sont en effet considérées comme illégales par la communauté internationale, qui voit en elles un obstacle majeur à la paix israélo-palestinienne.

Mohammed Taha, gouverneur adjoint de la ville de Bethléem, avait qualifiée la participation des Palestiniens à cette fête dans une colonie "d'inacceptable" au regard de la loi palestinienne.

La lutte contre tout ce qui pourrait passer pour une forme de reconnaissance des colonies est l'un des grands combats des dirigeants palestiniens basés en Cisjordanie.

Environ 400.000 colons vivent une coexistence souvent conflictuelle avec 2,6 millions de Palestiniens en Cisjordanie.

Le gouvernement israélien avait brandi l'affaire comme exemplaire.

"J'appelle la communauté internationale à agir pour la libération de ces Palestiniens innocents dont l'emprisonnement démontre une fois de plus le refus palestinien de faire la paix", avait écrit dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu sur Facebook.

na-jod/lal/iw