NOUVELLES
24/10/2016 07:59 EDT | Actualisé 25/10/2017 01:12 EDT

Corps découpés en Espagne: le meurtrier de 19 ans avoue une "irrépressible envie d'assassiner"

Un jeune Brésilien de 19 ans, qui a avoué avoir tué et découpé en morceaux son oncle et sa tante en août en Espagne, a affirmé avoir cédé à une "irrépressible envie d'assassiner", ont annoncé lundi les enquêteurs.

Patrick Nogueira, a toutefois "dit ne pas se rappeler" du meurtre des deux enfants du couple de un et quatre ans, a expliqué le commandant de la garde civile Juan Jesus Reina, lors d'une conférence de presse sur ce drame qui ému le pays.

Le jeune homme, décrit comme une personne solitaire, égocentrique et narcissique, encline à boire, a été inculpé pour l'assassinat du couple et le meurtre des deux enfants.

"Il nous dit tout le temps qu'il n'est pas fou", a déclaré Juan Jesus Reina.

Toutefois, Patrick Nogueira a expliqué avoir eu "une envie irrépressible d'assassiner, qu'il n'a pas pu contrôler mais dont il était conscient" lorsqu'il s'est rendu chez son oncle et sa tante à Pioz, à une soixantaine de kilomètres à l'est de Madrid, le 17 août.

"Patrick savait clairement ce qu'il faisait", à tel point qu'il avait sur lui un couteau, du ruban adhésif et des sacs plastique, dans lesquels il a emballé les cadavres, selon le commandant Reina.

Après que sa tante Janaina Santos l'a fait entrer dans la villa, il l'a tuée dans la cuisine avec le couteau. Quelques heures plus tard est arrivé l'oncle Marcos Campos, qu'il a tué dans le couloir.

Il a alors découpé les adultes en morceaux et emballé les corps dans des sacs plastique. Puis le meurtrier a pris une douche, s'est couché et est reparti le lendemain matin pour mener "sa vie normale".

Il a envoyé avec le téléphone portable de son oncle, se faisant passer pour lui, un message au propriétaire de la villa pour l'avertir qu'il paierait le loyer en retard, ce qui signifie selon les enquêteurs qu'il pensait revenir.

La scène du crime a été découverte un mois plus tard par un voisin intrigué par l'odeur.

Patrick Nogueira s'était alors empressé de rentrer au Brésil, mais il est volontairement retourné en Espagne mercredi pour se rendre.

Les gardes civils n'ont pas avancé de mobile mais ont précisé qu'il ressentait "de l'animosité" pour son oncle qu'il avait insulté en public.

Le commandant a ajouté que le jeune n'avait pas avoué tous les détails, probablement pour que le reste de sa famille ne sache pas "la monstruosité de ce qu'il a fait".

du/av/pmr/ib