NOUVELLES
24/10/2016 04:54 EDT | Actualisé 25/10/2017 01:12 EDT

Chine: après un tollé, "espoir" de grâce pour un condamné à mort

Un homme condamné à mort en Chine pour avoir tué un fonctionnaire après la démolition forcée de sa maison pourrait éviter l'exécution suite à l'indignation de l'opinion publique et la mobilisation d'avocats, a déclaré sa soeur lundi.

La Cour populaire suprême du pays a validé la semaine dernière la peine capitale prononcée contre Jia Jinglong, coupable d'avoir abattu en 2015 le chef de son village à l'aide d'un pistolet à clous dans la province du Hebei (nord), a indiqué le quotidien Global Times, proche du pouvoir.

L'accord de la cour, indispensable, est la dernière étape avant qu'un condamné ne soit exécuté.

La Chine, pays le plus peuplé du monde, est aussi considéré comme celui réalisant le plus d'exécutions. Celles-ci sont estimées à plusieurs centaines par an, mais leur nombre exact reste un secret d'Etat.

Des avocats et le grand public ont appelé à commuer la peine de M. Jia, considérant la démolition de sa maison par des fonctionnaires locaux comme une circonstance atténuante, et en raison de ses aveux.

Sa maison a été rasée en 2013 quelques semaines seulement avant son mariage, a souligné le Global Times, ajoutant que l'homme avait été frappé à cette occasion et n'avait bénéficié d'aucune indemnité.

Les saisies brutales de terre et les expropriations expéditives de villageois par des responsables locaux pour mener à bien des projets de développement sont une source majeure d'amertume et d'instabilité en Chine.

Le sort de Jia Jinglong a suscité un débat sur les réseaux sociaux chinois. Des centaines d'internautes ont signé une pétition appelant à la révocation de sa peine. Les avocats de la famille ont envoyé une lettre aux autorités judiciaires demandant sa grâce.

"Elles ont reçu la lettre", a assuré lundi Jia Jingyuan, la soeur du condamné, après sa rencontre avec des responsables de la justice à Pékin. "Il y a un espoir que le verdict soit modifié."

"Les commentaires sur internet et surtout le soutien d'experts, d'intellectuels et d'avocats ont constitué une aide considérable", a-t-elle souligné.

Le nombre d'exécutions a décliné ces dernières années en Chine suite à l'instauration d'une règle obligeant la Cour suprême à valider chaque sentence.

Un tribunal chinois avait commué en 2015 la peine de mort d'une femme condamnée pour le meurtre de son mari violent après un intense opposition sur internet et dans les médias, une décision jugée historique.

tjh/ehl/bar/pg