NOUVELLES
23/10/2016 10:43 EDT | Actualisé 24/10/2017 01:12 EDT

Nigeria: l'armée déjoue une tentative de piraterie maritime

L'armée nigériane a déjoué une tentative de détournement d'un navire dans le delta du Niger (sud) et arrêté lors d'un incident séparé cinq auteurs d'actes de vandalisme contre des installations pétrolières, a annoncé dimanche un porte-parole militaire.

"Des soldats de l'Opération Base 2 ont repoussé le détournement d'un navire par des hommes lourdement armés à Ramos River, près de la zone d'Agge dans l'Etat du Delta", a indiqué le lieutenant Thomas Otuji dans un communiqué. Les pirates ont été repoussés après des échanges de tirs nourris avec les forces gouvernementales.

Les 17 et 18 octobre, cinq suspects ont été arrêtés près de puits de pétrole dans la région du port de Warri. "Cinq vandales présumés ont été arrêtés et ont avoué leur intention d'attaquer les puits de pétrole", a déclaré d'autre part le porte-parole. Deux embarcations ont été saisies durant l'opération.

L'armée est bien décidée à sécuriser tout le delta du Niger et à rendre les voies sûres pour les compagnies pétrolières, les navires et leurs équipages, a-t-il ajouté.

L'armée a récemment répondu à des appels à l'aide de certains voyageurs dans la région attaqués par des pirates dans les Etats méridionaux de Cross River et de Rivers, tuant les attaquants et portant secours aux victimes.

La semaine dernière, sept présumés pirates et militants ont été tués dans des tirs croisés lors d'une opération de sauvetage d'otages qui ont pu être secourus sains et saufs.

Le Nigeria a déployé des troupes pour mettre fin à la rebellion dans la région.

Depuis le début de l'année, plusieurs groupes armés ont attaqué des installations pétrolières, réduisant la production du pays, alors que la chute des prix du pétrole a provoqué une récession entraînant une dévaluation massive de la monnaie nationale, le naira, face au dollar.

Les groupes armés affirment réclamer une meilleure répartition des revenus du pétrole pour les habitants de la région pétrolière et une autonomie.

Le gouvernement a demandé aux rebelles de participer à des pourparlers de paix.

Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend), le groupe le plus connu pour ses attaques d'installations pétrolières avant son acceptation d'une amnistie dans les années 2000, a déclaré dimanche qu'il avait toujours été disposé à participer à des pourparlers. "Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger se félicite et se prononce en faveur de la réunion prochaine dont le but est de trouver des solutions à la crise du delta du Niger", selon un communiqué.

Les pourparlers sont prévus le 31 octobre entre le gouvernement et les leaders de la région, selon le texte.

Fin août, l'armée nigériane avait lancé l'opération "Sourire de crocodile" contre les groupes armés qui ont durement affecté la production de pétrole en faisant exploser des oléoducs et plateformes off-shore et augmenté le niveau de piraterie maritime dans le golfe de Guinée.

joa/har/ms/jh