NOUVELLES
23/10/2016 07:02 EDT | Actualisé 24/10/2017 01:12 EDT

L'artiste belge iconoclaste Jan Fabre exposé à l'Ermitage de Saint-Pétersbourg

Sculptures en scarabées, animaux empaillés et tableaux au stylo à bille à côté de classiques de l'art européen: une exposition consacrée à l'artiste belge Jan Fabre, connu pour ses performances controversées, s'est ouverte ce week-end au vénérable musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg.

Plus de 200 oeuvres du plasticien flamand sont exposées jusqu'au mois d'avril 2017 dans plusieurs espaces du musée dont le Palais d'Hiver, qui abrite nombre de chefs d'oeuvre de l'art européen, ainsi que dans l'État-major voisin où se trouvent depuis peu la réputée collection impressionniste de l'institution phare de la deuxième ville de Russie.

"L'art de Jan Fabre prend sa source dans la tradition de la peinture classique flamande, qu'il admire. Ce sont Pierre Paul Rubens et Jacob Jordaens qui sont les sources de son inspiration", expliquent les organisateurs de cette exposition intitulée "Chevalier du désespoir-Combattant de la beauté".

Certains visiteurs se montraient cependant sceptiques dimanche devant les oeuvres de l'artiste, généralement crédité par ses admirateurs d'un renouvellement radical de la scène et régulièrement accusé par ses détracteurs de provocation gratuite comme lorsqu'il avait montré un "lancer de chats" à Anvers (nord de la Belgique) en 2012.

"Cela a l'air bizarre", a avoué Lidia Semionova, ancienne professeure. "Je préfère admirer ici des tableaux des grands maîtres anciens", a-t-elle expliqué, devant des tableaux de Jan Fabre installés à côté de Rubens.

L'Ermitage, fondé en 1764 par l'impératrice Catherine II, est le plus grand musée du monde pour le nombre d'objets exposés: plus de 60.000 pièces y sont exposées dans près de 1.000 salles tandis que près de trois millions d'objets sont conservés dans les réserves du musée.

mak/gmo/abk