NOUVELLES
23/10/2016 19:30 EDT | Actualisé 24/10/2017 01:12 EDT

Double meurtre à Hong Kong: un trader britannique plaide non coupable

Le banquier britannique Rurik Jutting a plaidé "non coupable" du meurtre de deux jeunes Indonésiennes retrouvées mortes dans son appartement haut de gamme en 2014, à l'ouverture de son procès lundi à Hong Kong.

L'ancien trader de 31 ans est jugé devant la Haute cour de l'ancienne colonie britannique. Il s'agit de la plus importante affaire de meurtre en plus de 10 ans dans le petit territoire du sud de la Chine.

L'accusé a calmement expliqué qu'il plaidait "non coupable de meurtres pour cause de responsabilité atténuée, mais coupable d'homicides involontaires".

Rurik Jutting, qui a beaucoup maigri depuis son arrestation, a également plaidé coupable du chef d'avoir empêché l'inhumation d'un corps.

Le trader, qui travaillait pour la Bank of America Merrill Lynch, sera jugé pendant trois semaines. Il encourt la perpétuité s'il est reconnu coupable de meurtres.

Seneng Mujiasih et Sumarti Ningsih, âgées toutes d'eux d'une vingtaine d'années, avaient été découvertes mortes dans l'appartement de l'accusé dans un immeuble résidentiel du quartier de Wanchai, aux premières heures du 1er novembre 2014. C'est l'ancien banquier qui avait alerté la police.

Les enquêteurs avaient retrouvé Seneng Mujiasih nue, dans le salon, présentant des blessures à l'arme blanche aux jambes et aux fesses, selon les indications initiales de la police. Le corps en décomposition de Sumarti Ningsih n'avait été retrouvé que plusieurs heures plus tard dans une valise entreposée sur le balcon.

L'ancienne colonie britannique est généralement considérée comme très sûre mais cette affaire avait jeté un froid tout en révélant sous un jour peu flatteur les moeurs de certains jeunes banquiers occidentaux.

Wanchai compte bon nombre de restaurants et d'immeubles de bureaux mais il s'agit également d'un quartier chaud bien connu des expatriés.

Devant la Haute cour, un petit groupe de manifestants membres d'associations d'aide aux migrants indonésiens ont demandé un "procès rapide et équitable" ainsi que des dédommagements pour les familles des victimes.

C'est l'affaire criminelle la plus spectaculaire à Hong Kong depuis le "meurtre au milkshake" de 2003, dans lequel une Américaine a été condamnée pour le meurtre de son mari banquier, à la réclusion à perpétuité.

Elle vient de saisir la justice pour demander une remise de peine.

at-lm/ev/gde