NOUVELLES
23/10/2016 05:26 EDT | Actualisé 24/10/2017 01:12 EDT

Championnats d'Europe - Une "borne" difficile à reproduire

Faire deux bornes le même jour, c'est ce qui attend les spécialistes du kilomètre, la discipline historique du cyclisme sur piste, qui adopte cette année un nouveau format sujet à discussion.

L'Union cycliste internationale (UCI) a choisi de bouleverser l'épreuve afin de présenter une finale à huit, à même de satisfaire public et médias. Car, depuis sa disparition du programme olympique après les JO-2004, la "borne" peine à garder son prestige à cause de sa longueur (20 à 25 concurrents en piste les uns après les autres) et de l'absence de plusieurs des meilleurs sprinteurs tournés vers d'autres courses.

"Les qualifications auront lieu le matin, à raison de deux athlètes en piste en même temps, les huit meilleurs temps disputeront la finale le soir, un par un", explique Gilles Peruzzi, manager piste de la Fédération internationale.

Mais la réforme, décidée après une grande consultation selon l'UCI - on a même envisagé des qualifications sur des distances réduites, sortes de mini-kilomètres! -, est loin de faire l'unanimité.

"Ce n'est pas une bonne solution", estime Quentin Lafargue, champion d'Europe du kilomètre cette semaine à Saint-Quentin-en-Yvelines (région parisienne). Rappel à l'appui: "Physiquement et psychologiquement, le +kilo+ est une épreuve très difficile, très exigeante".

Le kilomètre réclame "un engagement physique et mental difficile à reproduire le même jour", de l'avis du champion français. D'où le risque, pointé par son entraîneur Herman Terryn, que le "kilomètre soit de plus en plus délaissé".

Pour éviter que les sprinteurs décident de s'aligner seulement sur les autres épreuves (vitesse individuelle et par équipes, keirin), l'UCI envisage de placer la "borne" au programme du cinquième et dernier jour des compétitions mondiales.

Le premier test grandeur nature de ce "kilo" revu et corrigé est fixé en février à Cali (Colombie), lors de la manche de Coupe du monde. Avant les Mondiaux de Hong-Kong mi-avril.

jm/pel