POLITIQUE
21/10/2016 12:04 EDT

Le PQ avait déjà avisé les libéraux sur l'attitude de Gerry Sklavounos

QUÉBEC – À l’époque du gouvernement Marois, le PQ a dû intervenir auprès des libéraux pour que Gerry Sklavounos cesse d’importuner une jeune attachée de presse.

Le député faisait preuve d’un «flirt insistant» auprès de la jeune femme, explique-t-on.

«Gerry ne la touchait pas, mais il avait des propos déplacés, qui l’indisposaient profondément», explique le député péquiste Harold Lebel. À l’époque, il était directeur de cabinet au bureau du whip en chef du gouvernement.

Il s’est donc adressé au bureau de Laurent Lessard, qui était alors whip en chef de l’opposition officielle. «J’ai parlé au directeur de cabinet du whip des libéraux, relate Harold Lebel. Il m’a remercié de l’avoir informé, il a été voir directement Gerry et ça ne s’est plus jamais reproduit.»

Le cabinet de Laurent Lessard n’a pas souhaité commenter l’information pour le moment.

Directeur de cabinet au bureau du whip pendant huit ans, Harold Lebel affirme que c’est la première fois qu’il devait intervenir pour calmer les ardeurs d’un élu. «Ça ne m’est jamais arrivé», dit-il.

Toutefois, Harold Lebel connaissait bien l’attitude insistante de Gerry Sklavounos envers les femmes. «C’était un peu sa réputation, dit-il. Mais là, ce qu’on voit, on tombe en bas de notre chaise. Mais dans les partys et autres événements du genre, Gerry était reconnu… pour [tenir] des propos déplacés envers les filles. C’est un cruiser, comme on dit. Il y allait un peu fort.»

La CAQ demande des comptes

De son côté, la porte-parole de la CAQ en matière de Condition féminine a voulu savoir vendredi si Philippe Couillard a été informé de la plainte du PQ au sujet de Gerry Sklavounos. «Qui, au Parti libéral, à cette époque, durant 2012 et 2014, était au courant, savait qu'une plainte avait été formulée à l'égard du comportement de M. Sklavounos?, a demandé Nathalie Roy. Qu'est-ce qui a été fait, du côté du Parti libéral, à l'égard de cette plainte et est-ce que quelqu'un a informé le chef du Parti libéral de l'époque, entre 2012 et 2014? Ce sont des questions politiques que je pose ce matin.»

En conférence de presse à Toronto, le premier ministre Philippe Couillard a laissé entendre qu’il n’était pas encore chef du Parti libéral au moment des faits. Il a été élu en mars 2013.

Malgré tout, Nathalie Roy s’étonne de voir que Gerry Sklavounos est demeuré au sein des rangs libéraux. «S'ils le savaient, si des gens en position d'autorité au Parti libéral savaient qu'il y avait des comportements inappropriés, des paroles inappropriées, des gestes inappropriés à l'égard des femmes puis qu'ils n'ont pas agi, c'est grave», lance-t-elle.

Par ailleurs, le quotidien Le Devoir révélait vendredi matin que plusieurs jeunes femmes, dont des pages de l’Assemblée nationale et une stagiaire de la Fondation Charles-Bonenfant, ont été la cible de propos et de gestes déplacés de la part de Gerry Sklavounos.

Pour Nathalie Roy, ces incidents démontrent que la culture doit changer à l’Assemblée nationale afin qu’un tel comportement ne soit plus toléré. «Ce que ça dit, c'est qu'il y a du travail à faire, il y a des mentalités à changer, affirme-t-elle. Je pense que c'est de façon calme, mais de façon indignée qu'il faut faire quelque chose. Il faut parler, il faut dénoncer, mais il y a du travail à faire de toute évidence, mais je pense que ça va réveiller les gens.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Rassemblement à l'Université Laval contre les agressions sexuelles Voyez les images