DIVERTISSEMENT
21/10/2016 01:38 EDT | Actualisé 21/10/2016 01:38 EDT

Les films à l'affiche dès le 21 octobre 2016 (PHOTOS)

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images

BOREALIS

Canada. 2016. 95 min.

Comédie dramatique de Sean Garrity avec Jonas Chernick, Joey King, Emily Hampshire, Kevin Pollak, Jake Epstein.

Un joueur endetté prend la route avec sa fille adolescente en direction du nord du Manitoba, afin que cette dernière puisse admirer des aurores boréales avant de devenir complètement aveugle.

LA CHASSE AU COLLET

Canada. 2016. 100 min.

Thriller de Steve Kerr avec Julianne Côté, Paul Doucet, Anne-Marie Cadieux, Christian Bégin, Ève Duranceau.

Hantée par un traumatisme d'enfance, Élyse, hygiéniste dentaire dans la vingtaine, est profondément troublée par l'intimité des rapports sexuels. Encore vierge, déçue par les hommes et charmée par une collègue de bureau, la technicienne, en pleine crise identitaire, entend à la radio Éric, un entrepreneur faisant la promotion d'un site internet favorisant les aventures extraconjugales. Intriguée, Élyse s'immisce peu à peu dans la vie de cet homme d'affaires, qui semble hanté par des angoisses aussi profondes que les siennes.

Modeste mais soigné, ce thriller psychologique et érotique repose sur un scénario peu convaincant, mis en scène de manière efficace mais impersonnelle. De sorte qu'il se regarde sans ennui, ni passion. Dans les rôles principaux, Julianne Côté et Paul Doucet dominent une distribution solide, qui défend honorablement des personnages à la limite du cliché.

JACK REACHER - SANS RETOUR

États-Unis. 2016. 118 min.

Drame policier de Edward Zwick avec Tom Cruise, Cobie Smulders, Danika Yarosh, Patrick Heusinger, Aldis Hodge, Holt McCallany, Robert Knepper.

Ancien policier militaire, Jack Reacher est arrêté pour le meurtre de l'avocat de sa jeune successeure, le major Susan Turner, sur laquelle pèsent des accusations d'espionnage. Parvenant à s'évader avec cette dernière, Jack entreprend de prouver qu'ils ont été victimes d'une machination, ourdie par un gros fournisseur de l'armée soupçonné de malversations par Turner. Les choses se corsent quand le patron de la firme envoie un tueur aux trousses de Samantha Dayton, une adolescente qui pourrait être la fille du fugitif.

Ce deuxième volet des aventures du personnage créé par le romancier britannique Lee Child poursuit dans la même veine. Soit celle du thriller policier générique aux enjeux interchangeables, au suspense intermittent et à la mise en scène impersonnelle. Tom Cruise est néanmoins solide, aux côtés de l'énergique et expressive Cobie Smulders.

MANOIR

Canada. 2016. 70 min.

Documentaire de Martin Fournier et Pierre-Luc Latulippe.

Anciens patients de l'hôpital psychiatrique de Saint-Hyacinthe, les résidents du Manoir Gaulin s'apprêtent à quitter l'établissement, qui sera démoli pour faire place à un complexe immobilier.

MEAN DREAMS

Canada. 2016. 108 min.

Thriller de Nathan Morlando avec Sophie Nélisse, Josh Wiggins, Bill Paxton, Colm Feore, Vickie Papavs, Tara Nicodemo.

L'adolescente Casey emménage avec son père policier dans une maison de ferme voisine de celle de Jonas, un garçon de son âge. Entre les deux jeunes, la chimie opère instantanément. Mais le père de Jonas voit d'un mauvais oeil ses absences à l'heure des corvées. Et celui de Casey interdit carrément leur relation. Pour bien se faire comprendre, le flic bat comme plâtre sa fille et agresse Jonas, qui s'était porté à sa défense. La plainte du garçon déposée au shérif est balayée du revers de la main, et son père refuse lui aussi de reconnaître la gravité de la situation. Convaincu que le père de Casey n'est pas net, Jonas s'introduit dans sa grange, et y découvre une grosse réserve de drogue. Caché dans la caisse arrière du camion de ce dernier, il l'accompagne jusqu'à un rendez-vous avec des motards. Le coup tourne mal, et Jonas s'enfuit avec le sac contenant le produit de la transaction. Le temps d'alerter Casey, une chasse-poursuite s'engage.

Le scénario est à ce point pétri d'invraisemblances qu'on se demande comment la chose a pu passer inaperçue auprès de ses créateurs. Dans une intrigue menée tambour battant et possédant à l'occasion le don de surprendre, sont emmaillées des répliques pleines de clichés que les acteurs, assez mal dirigés, ont du mal à se mettre en bouche.

NOS VOISINS LES JONES

États-Unis. 2016. 105 min.

Comédie d'espionnage de Greg Mottola avec Zach Galifianakis, Isla Fisher, Jon Hamm, Gal Gadot, Patton Oswalt, Matt Walsh.

Karen et Jeff Gaffney forment un couple de banlieusards sans histoire. Du moins, jusqu'à ce qu'ils découvrent que leurs nouveaux voisins, les Jones, mènent une double vie d'agents secrets. Les Gaffney se retrouvent alors inextricablement liés aux aventures des Jones, qui les entraînent malgré eux dans une opération d'envergure internationale, au cours de laquelle ils devront apprendre en accéléré les règles du monde de l'espionnage.

Ce croisement entre NEIGHBORS et MR. AND MRS. SMITH repose sur une formule classique, qui procure quelques sourires mais peu de surprises. L'ensemble demeure néanmoins sympathique, grâce au charme des interprètes, à l'aise dans des rôles taillés sur mesure pour eux, et au rythme enlevé de la mise en scène de Greg Mottola (SUPERBAD, PAUL).

OUIJA - L'ORIGINE DU MAL

États-Unis. 2016. 99 min.

Drame d'horreur de Mike Flanagan avec Elizabeth Reaser, Annalise Basso, Lulu Wilson, Henry Thomas, Parker Mack, Doug Jones, Kate Siegel.

Los Angeles, 1967. Alice boucle ses fins de mois en offrant à une clientèle crédule des séances de spiritisme bidon. À la suggestion de sa fille et complice Paulina, la veuve au chômage achète une planche de Ouija afin d'appâter davantage de clients. Au cours d'une séance, Alice découvre avec stupéfaction que Doris, sa cadette, communique avec les esprits. Pour vrai! Cependant, le comportement de l'enfant se fait de plus en plus étrange. L'ayant surprise à écrire un journal en polonais, Paulina montre sa prose au frère Tom, le directeur de leur école. Après avoir fait traduire le journal, celui-ci conclut que Doris est sous l'emprise d'un esprit maléfique. Pis encore, la petite famille découvre que sa maison est hantée. Le frère Tom fera tout en son pouvoir pour les délivrer du mal.

Il est rare qu'une suite s'avère plus réussie que son modèle. C'est pourtant le cas de cet antépisode de OUIJA, dont le scénario classique met l'accent sur le drame familial qui se joue. Ponctuée d'effets-chocs efficaces et d'éléments vintage, cette production élégante est défendue par une distribution convaincante.

SAND STORM

Israël. 2016. 87 min.

Drame de Elite Zexer avec Lamis Ammar, Ruba Blal, Hitham Omari, Khadija Al Akel, Jalal Masrwa.

Dans un hameau bédouin du sud d'Israël, Jalila prépare avec amertume le second mariage de son époux Suliman avec une femme plus jeune. Pendant les noces, elle découvre par hasard que sa fille aînée, Layla, vit une romance avec un garçon d'une autre tribu, rencontré à l'école. Sachant bien que Suliman, parti en lune de miel, n'acceptera jamais une telle union, elle interdit à Layla de revoir son amoureux clandestin. Mais la jeune femme désobéit à sa mère, misant sur la relation privilégiée qui la lie à son père pour le faire céder. Or, à son retour, Suliman se montre lui aussi inflexible, et pour éviter que cette situation ne se reproduise, décide séance tenante de promettre la main de Layla à un homme du village. Toutes deux désemparées, mère et fille se retrouvent pour la première fois dans le même camp, celui de la révolte.

Tablant sur une photographie parfois saisissante, l'Israélienne Elite Zexer signe un premier film au récit certes peu original, mais qui traite sur un ton juste et subtil le thème de la condition féminine au Moyen-Orient. Dans la peau de femmes frustrées par le patriarcat, Lamis Ammar et Ruba Blal offrent des compositions pleines de finesse.

SUR LES TRACES D'ARTHUR

Canada. 2016. 75 min.

Documentaire de Saël Lacroix.

Portrait d'André Montpetit, dit "Arthur", dessinateur québécois emblématique des années 1960, qui a disparu en coupant tous les liens avec son entourage. Aujourd'hui, ses anciens amis cherchent à éclairer à la fois son génie et son mystère.

Saël Lacroix ("Le grand mélangement") pose un regard éclairant sur un artiste méconnu et son époque, tout en formulant une réflexion habile sur l'autodestruction. À travers des séquences animées, d'une beauté tragique, reproduisant une entrevue avec Montpetit, les anciens amis de ce dernier apportent des témoignages sentis, mais parfois redondants.

TYLER PERRY'S BOO! A MADEA HALLOWEEN

États-Unis. 2016. 103 min.

Comédie d'horreur réalisée et interprétée par Tyler Perry avec Bella Thorne, Yousef Erakat, Jimmy Tatro, Cassi Davis, Lexy Panterra.

Le soir de l'Halloween, une matriarche afro-américaine repousse les attaques de tueurs en série, de zombies, de fantômes et de toutes sortes d'autres monstres.

LA VACHE

France. 2015. 92 min.

Comédie de Mohamed Hamidi avec Fatsah Bouyahmed, Lambert Wilson, Jamel Debbouze, Hajar Masdouki, Julia Piaton.

Dans le petit village de Boulayoune, en Algérie, on se moque souvent de Fatah, qui s'occupe de sa vache Jacqueline comme si elle était son enfant ou son amie. En fait, le paysan porte plus d'attention à cet animal qu'à sa femme et leurs deux filles. Pourtant, quand Fatah est invité à participer à un concours bovin au Salon de l'Agriculture de Paris, tous les villageois se réjouissent, allant même jusqu'à l'aider à payer la traversée en ferry. Mais arrivé à Marseille, où réside son beau-frère, Fatah et Jacqueline entreprennent de se rendre à Paris... à pied. Au cours de leur périple, ils rencontrent divers paysans français ainsi qu'un comte ruiné et fraîchement divorcé. Lequel, après les avoir hébergés dans son château, les aide à atteindre leur destination.

LA VACHE réunit tous les ingrédients d'un feel-good movie efficace: réalisation claire et simple, participation d'acteurs populaires, bonne humeur généralisée. Agissant comme un puissant outil de réconciliation, le film distille sa chaleur humaine en affichant ses intentions de façon limpide. Dans le rôle principal, Fatsah Bouyamad est irrésistible.