NOUVELLES
20/10/2016 12:57 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Yémen: l'Arabie saoudite accuse les rebelles Houthis de violer la trêve

L'Arabie saoudite, qui pilote une coalition militaire arabe dans le conflit au Yémen, a dénoncé jeudi des violations par les rebelles chiites Houthis du cessez-le-feu en principe en vigueur depuis mercredi soir.

Reçu par son homologue américain John Kerry, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a condamné "150 violations" de la trêve instaurée mercredi et une "escalade de la violence" par les insurgés Houthis alliés aux forces fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh.

"Il n'y a pas de cessez-le-feu du tout", avait déclaré auparavant à l'AFP le porte-parole de la coalition arabe, Mohammed al-Assiri, en accusant les Houthis de procéder à des tirs de mortier y compris en territoire saoudien.

"Nous nous réservons le droit de protéger nos frontières et de nous défendre", a martelé M. Jubeir aux côtés de M. Kerry, lequel l'a interrompu pour affirmer au contraire que le cessez-le-feu "restait en vigueur".

"Il est clair que l'Arabie saoudite reste engagée vis-à-vis du cessez-le-feu et qu'en ce qui vous concerne, le cessez-le-feu reste effectif?", a demandé M. Kerry à son hôte saoudien devant la presse au département d'Etat.

M. Jubeir a répondu à son allié américain, avec qui les relations sont tendues depuis deux ans, que l'Arabie saoudite soutenait la trêve acceptée lundi par le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi pour 72 heures et susceptible d'être reconduite.

Cette cessation des hostilités, entrée en vigueur sous pression internationale, notamment de John Kerry, mercredi à 23H59 locales (20H59 GMT), avait fait naître l'espoir d'un règlement pour cette guerre qui a fait plus de 6.900 morts, 35.000 blessés et déplacé plus de trois millions de personnes depuis mars 2015.

nr-dc/elc