NOUVELLES
20/10/2016 18:41 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Scandale Petrobras: un ex-président brésilien a touché des millions en pots-de-vin (parquet)

L'ex-président du Brésil Fernando Collor (1990-1992) a été à la tête d'une "organisation criminelle" dans le cadre du scandale Petrobras et a touché plus de 9 millions de dollars en pots-de-vin, explique le parquet général du Brésil dans son acte d'accusation révélé jeudi.

M. Collor de Mello avait démissionné de la présidence du géant latino-américain en 1992, assailli par les accusations de corruption. Il est sénateur depuis 2007.

Son nom avait déjà été cité dans le scandale Petrobras qui ébranle tout le pays, mais on ignorait jusqu'à maintenant les détails de l'acte d'accusation rédigé par le parquet général.

Le ministère public l'accuse de 30 actes de corruption, de 376 actes de blanchiment d'argent et d'avoir détourné des fonds à 48 reprises.

"Entre 2010 et 2014, au moins 29 millions de reais (environ 9,2 millions de dollars) de pots-de-vin ont été versés au sénateur" au cours de diverses opérations impliquant BR Distribuidora, une filiale de Petrobras, détaille le parquet dans un communiqué. Ces chefs d'inculpation ont été transmis au Tribunal suprême fédéral en août 2015.

M. Collor est membre du parti PTB (centre droit) et a été le premier président élu au suffrage universel après la fin de la dictature militaire (1964-1985). En août, il a voté en faveur de la destitution de la présidente Dilma Rousseff.

Dans l'acte d'accusation le concernant, le procureur général Rodrigo Janot accuse encore M. Collor d'avoir été "à la tête d'une organisation criminelle composée de responsables et d'élus du Sénat, de la police fédérale et de BR Distribuidora".

L'ancien président n'a pas réagi pour l'instant à la publication du texte.

L'opération "Lavage Express", simple enquête lancée en mars 2014 sur des stations-service, a dévoilé un vaste réseau de corruption autour de Petrobras, la compagnie phare du Brésil.

Ce système bien rodé de marchés surfacturés contre commissions occultes a bénéficié à des dizaines de responsables politiques de divers partis, à des entrepreneurs du BTP et à des directeurs du géant pétrolier.

csc/gde/mba