NOUVELLES
20/10/2016 00:53 EDT | Actualisé 20/10/2017 01:12 EDT

Peines de prison pour deux hommes mêlés aux attentats de Jakarta

Deux sympathisants indonésiens de l'organisation Etat islamique (EI) ont été condamné à des peines de prison jeudi pour leur rôle dans les attaques meurtrières commises à Jakarta en janvier.

Quatre civils et quatre assaillants avaient été tués le 14 janvier dans ces attentats revendiqués par l'EI, les premiers de cette ampleur en Indonésie depuis 2009.

Dodi Suridi, 23 ans, reconnu coupable d'avoir commis un acte terroriste, a été condamné à 10 ans de réclusion.

Comme on lui demandait s'il acceptait le jugement de la cour, Suridi a répondu: "ce sont les risques qu'on encourt quand on est un terroriste". "Allah Akbar", s'est-il écrié tandis qu'il était conduit hors de la salle d'audience.

Il était accusé d'avoir modifié une bonbonne de gaz destinée à la fabrication d'une bombe artisanale, et l'avoir remise à un kamikaze qui s'était fait exploser devant une guérite de la police.

Ali Hamka, 48 ans, a été condamné à quatre ans de prison pour avoir essayé de trouver des armes à feu et des munitions en vue de commettre ces attentats.

Ces attaques avaient détruit un café Starbucks et une guérite de police dans un quartier du centre de la capitale abritant des centres commerciaux, les bureaux de plusieurs agences de l'ONU ainsi que des ambassades, notamment la représentation française.

Plusieurs personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête.

Les attaques et projets d'attentats en rapport avec l'EI sont en augmentation ces derniers temps.

Jeudi, la police a blessé par balles un homme muni d'une machette et de ce qu'elle supposait être des bombes artisanales, qui brandissait un symbole de l'EI.

Plusieurs centaines d'Indonésiens se sont rendus au Proche-Orient pour rejoindre les jihadistes, faisant craindre aux autorités locales des attentats en Indonésie à leur retour au pays.

L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, avait été précipitée dans sa propre "guerre contre le terrorisme" par les attentats de Bali en 2002 (202 morts, parmi lesquels de nombreux étrangers).

dsa-sr/ev/at