NOUVELLES
20/10/2016 05:47 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Médecins sans frontières dénonce les conditions dans les camps grecs de réfugiés

ATHÈNES, Grèce — Les réfugiés qui se trouvent dans les camps grecs vivent toujours dans des «conditions horribles», a dénoncé jeudi Médecins sans frontières, qui déplore le manque d'accès aux soins de santé et de ressources pour identifier les plus vulnérables.

Dans un rapport cinglant dévoilé jeudi, MSF accuse l'Union européenne et la Grèce d'avoir été incapables de mettre en place «des conditions d'accueil dignes et humaines».

Plus de 60 000 réfugiés et migrants — dont plusieurs qui fuient les violences en Irak et en Syrie — sont coincés en Grèce depuis que plusieurs pays européens ont fermé leurs frontières plus tôt cette année. La plupart habitent toujours des tentes dans une cinquantaine de camps.

Environ 14 000 d'entre eux sont confinés aux îles de l'est de la mer Égée, où ils attendent d'être possiblement déportés vers la Turquie voisine.

Le chef de la mission de MSF en Grèce, Loic Jaeger, a fait état de «quelques améliorations, mais c'est trop peu et trop lent». Il s'est ensuite demandé de combien de temps les pays les plus riches du monde ont besoin pour accueillir 40 000 personnes.

MSF prévient que les femmes enceintes et les handicapés sont particulièrement vulnérables. La situation des gens souffrant de problèmes de santé mentale est quant à elle jugée «pénible».

«On parle de gens qui ont été torturés, de patients psychiatriques, de gens qui utilisent des fauteuils roulants, de mineurs seuls, de femmes enceintes. Ils ne sont pas identifiés et aidés, a dénoncé le directeur des opérations médicales de MSF en Grèce, Apostolos Veizis. Les femmes accouchent et le lendemain on les envoie dormir dans une tente boueuse.»

MSF a demandé à la Grèce d'améliorer le système en place et à l'Union européenne de fournir un financement d'urgence au système de santé grec.

Avec l'approche de l'hiver, le gouvernement grec a entrepris de remplacer les tentes par des roulottes dans la plupart des camps, et des usines abandonnées seront transformées en refuges. Plus tôt cette semaine, l'agence onusienne des réfugiés a annoncé un programme de distribution de vêtements d'hiver, de sacs de couchage et de couvertures thermiques à quelque 38 000 réfugiés.

Cette distribution devrait être complétée d'ici la fin du mois, avec l'aide d'autres organisations caritatives.