NOUVELLES
20/10/2016 04:28 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Les Blues n'ont aucune attente envers Nail Yakupov

Pendant les quatre saisons qu'il a passées à Edmonton, les attentes étaient très élevées envers Nail Yakupov. La situation est maintenant différente pour le nouveau membre des Blues de St. Louis, car ceux-ci n'en ont aucune envers lui.

Un texte de Patrick Henri

L'entraîneur-chef des Blues de St. Louis, Ken Hitchcock a demandé une seule chose à Nail Yakupov : travailler et tout donner à chacune de ses présences sur la patinoire.

Après quatre rencontres, il est satisfait de la performance du joueur russe qui a récolté un but et une aide.

La direction des Blues veut rebâtir tranquillement la confiance de Yakupov. Hitchcock entend y aller une étape à la fois.

« Dans trois ou quatre semaines, nous tenterons peut-être de l'utiliser lors des avantages numériques, a mentionné le vétéran entraîneur. Mais pour l'instant, nous voulons qu'il perfectionne son jeu à cinq contre cinq ».

Les Blues n'ont pas pris un très grand risque en faisant l'acquisition de celui qui a été sélectionné au premier rang lors du repêchage amateur de la Ligue nationale en 2012.

Pour ses services, ils ont envoyé aux Oilers Zach Pochiro, un joueur qui a passé la dernière saison dans la ECHL, ainsi qu'un choix de troisième tour, qui deviendra un choix de deuxième tour si Yakupov inscrit au moins 15 buts cette saison.

Yakupov surpris d'être un Blues

Yakupov n'a pas été surpris d'être échangé. Il se doutait bien qu'il n'amorcerait pas la saison avec les Oilers. Il a cependant été surpris de voir que ce sont les Blues qui ont fait son acquisition.

Plusieurs villes étaient souvent mentionnées lorsqu'il était question d'un échange, Montréal, Chicago, Washington, mais pas St. Louis.

Celui qui a disputé 252 matchs avec les Oilers est de retour à Edmonton, seulement deux semaines après avoir été échangé.

Cette fois, il ne se fera pas applaudir par les 18 347 spectateurs de la Place Rogers s'il inscrit un but. Il ne s'attend pas non plus à un mauvais accueil de la part des supporteurs des Oilers.

Yakupov affirme qu'il a vécu de bons et de moins bons moments pendant ses quatre années à Edmonton, mais il refuse d'aborder les moins bons souvenirs.

Adaptation difficile

Celui qui a eu 23 ans le 6 octobre admet que la transition a été difficile lors des premiers jours. Nouvelle équipe, nouvelle ville, nouveau pays, c'était beaucoup en très peu de temps.

Yakupov mentionne que maintenant tout va beaucoup mieux, il se sent très bien au sein des Blues et il aime la ville de St. Louis.