DIVERTISSEMENT
20/10/2016 04:47 EDT | Actualisé 20/10/2016 04:47 EDT

«Le prix de la chose»: le roman féministe de Joseph Elfassi (ENTREVUE)

Michel Paquet.

Jeune homme banal dont l’existence se résume à accumuler les conquêtes, Louis est profondément troublé quand il apprend qu’une organisation encourage les femmes à exiger une rémunération pour chaque acte sexuel et qu’elle fabrique un liquide tuant les violeurs! Cette réalité est celle du roman Le prix de la chose, le premier du journaliste Joseph Elfassi, qui dénonce la situation des femmes avec verve, intelligence et ironie.

Le nouvel écrivain n’oserait pas classer lui-même son œuvre dans le corpus littéraire féministe, mais il n’en est pas moins flatté quand on lui partage notre impression.

«Je suis féministe. C’est la seule position viable. Ne pas être féministe, quand tu regardes le monde autour de toi, c’est se fermer les yeux volontairement sur des injustices récurrentes, centenaires ou millénaires, qui doivent être changées.»

C’est donc par la lorgnette de la fantaisie qu’il a imaginé un monde dans lequel un «syndicat» incite les femmes à se faire payer pour le sexe. Une façon pour elles de reprendre le contrôle sur leur corps et sur leur vie. «La dynamique du pouvoir change complètement. Ce n’est pas seulement une poignée de femmes face à une horde d’hommes. Dans le roman, les femmes ont désormais la force du nombre. Elles se rassemblent et s’assument pleinement.»

Au premier degré, la prémisse peut avoir l’air d’une réponse au débat sur la légalisation de la prostitution. Mais elle rejoint aussi de nombreux éléments ancrés dans l’actualité: la série d’agressions à l’Université Laval, les débats sur le consentement et la culture du viol.

«Depuis quelques années, on assiste à une révolution discursive qui a dépassé la sphère des médias sociaux, avec le hashtag des agressions non dénoncées et plusieurs autres scandales. Quand on écoute ces faits et ces arguments, on comprend la réalité féminine, la domination patriarcale, la culture du viol et la domination.»

Il affirme pourtant avoir ressenti une petite résistance face à cette réalité. Résistance qui s’est dissipée avec le temps. «Au début, je me disais qu’on n’allait pas m’éduquer et que j’étais un gars égalitaire. Puis, j’ai réalisé que je pouvais être dans une posture d’apprentissage. Il faut avoir cette humilité-là pour comprendre une situation qu’on ne vit pas. Mon livre est le résultat de cette écoute.»

Dans Le prix de la chose, les lecteurs découvrent la portée de la révolution sexuelle à travers les yeux de Louis, un homme qui ne s’épanouit pas dans son travail et qui ne carbure pas non plus aux arts, aux sports, aux drogues ou aux plaisirs gustatifs. Son but principal : avoir du sexe, toujours plus de sexe.

«Louis est le symbole d’une obsession assez commune, mais c’est un être relativement inoffensif au discours creux. Il n’a pas d’opinion forte et tranchée. C’est un homme privilégié qui est incapable de voir son privilège. Quand la révolution débute, il capote! Il brise assez rapidement au début du livre. Et l’histoire est celle de ce bris continu jusqu’à la fin.»

Plus le mouvement prend de l’ampleur, plus les femmes s’éloignent des territoires hostiles, désertent les transports en commun et se rassemblent à la tête d’entreprises qui développent des produits et des services qui répondent expressément à leurs besoins.

En plus du système de rémunération de la sexualité et du liquide anti-violeurs, elles jettent les fondations d’une économie parallèle. «Je ne sais pas à quel point c’est une chose viable, parce qu’il y a encore plein d’obstacles à ça. Mais pas mal moins qu’il y a 50 ou 100 ans. On s’éloigne peu à peu de la société où tout est décidé entre hommes.»

De page en page, l’auteur s’amuse à imaginer les réactions de ses semblables, qu’ils soient politiciens, commentateurs ou simples badauds, alors que ceux-ci se permettent – encore – de commenter ce que les femmes font de leur corps. Tant ici qu’à l’étranger.

«Je voulais installer un élément de chaos et explorer comment la communauté internationale allait réagir à cela. Parce que peu importe la nouvelle, il y a toujours plusieurs acteurs qui remplissent leur rôle prévisible, en dénonçant et en commentant.»

De toute évidence, Joseph Elfassi a pris un malin plaisir à imaginer la débandade masculine de manière crue et directe. «Dans la créativité romanesque, il faut prendre des risques. Je me permets d’exprimer sans limites et sans censure ce qui m’habite.»

Chose qu’il n’a évidemment pas fait au cours des dernières années en tant que journaliste – principalement culturel – pour Voir, TFO, Vice et l’ONF. «J’ai écrit le livre dans une période où j’étais sans contrat. Mon cerveau n’était plus en mode journalistique. Je le laissais aller dans plusieurs directions différentes. Et le roman est arrivé de lui-même.»

Ironiquement, il a longtemps cru que la littérature ne serait jamais faite pour lui. «À l’adolescence, j’ai gagné un concours d’écriture de nouvelles en Abitibi. Ça m’a donné la propulsion pour continuer. J’ai longtemps écrit des textes pour moi. Mais j’ai ensuite étudié en cinéma-communications et en journalisme. Quand la notion de gagne-pain est arrivée, le journalisme a pris toute la place et j’ai abandonné l’idée d’écrire de la fiction. Je pensais que ce n’était pas pour moi.»

Il avait tort, heureusement.

INOLTRE SU HUFFPOST

  • La librairie "M'Enfin" à Rennes
    La librairie
    Corps et âme de Matz, Walter Hill et Jef aux éditions Rue de sèvres. "C'est un polar. Un jour une femme se réveille dans une chambre glauque. Très surprise de se voir dans la glace. Très surprise car normalement c'est un homme. A partir de là l'histoire d'une vengeance est racontée. Pourquoi lui a-t-on fait ça ? Comment ? Que lui est-il arrivé ? C'est une bande-dessinée divertissante et sombre, avec un peu les mêmes ambiances que les films de Tarantino. C'est une BD pour adultes."
  • Librairie "La lison" à Lille
    Librairie
    Même les pêcheurs ont le mal de mer de Diane Peylin aux éditions Les escales "Ce livre est très beau. C'est l'histoire de trois générations d'hommes: le grand-père, le fils et le petit-fils. Tout commence avec le décès du grand-père qui va briser le mal commun qui lie ces trois hommes: l'incapacité à dire ce qu'ils ressentent. Il se divise en trois partie. Chacune d'entre elles raconte la vie d'un homme avec de nombreux aller-retour entre le passé et le présent. Un vrai roman chorale."
  • Librairie "La Belle Lurette" à Paris
    Librairie
    Tardigrade de Pierre Barrault aux éditions Arbre Vengeur "Tardigrade est un premier livre. On ne peut pas le qualifier de "roman", tant il est fragmentaire et singulier. Dans ce petit texte bourré d’humour et de fantaisie, il est question d’un animal minuscule aux propriétés extraordinaires, et de bien d’autre chose encore... Un narrateur pour le moins mystérieux nous fait part de son quotidien : ici, on fait chaque matin l’inventaire de ses organes, il se met à pleuvoir dès que l’on demande un peu d’eau, le sol se dérobe et les invités tombent des balcons, certains hommes ont deux têtes, d’autres n’ont qu’un seul côté, les visages se déforment quand on les regarde avec trop d’insistance et les pandas sont alternativement noirs, puis blancs; le tout raconté en une succession de passages plus ou moins brefs et sur un ton faussement léger, parfait pour ceux qui souhaitent rire ou sourire en laissant le réel de côté le temps d'une lecture."
  • Librairie "Vivement Dimanche" à Lyon Gabriel
    Librairie
    Les méduses ont-elles sommeil ? de Louisiane C.Dor aux éditions Gallimard, collection Nos Vies "C'est un livre très court de 80 pages. Il m'a épaté. L'auteur a écrit 9a à 16 ou 17ans ! L'histoire est celle d'une jeune fille de 18 ans qui arrive à Paris. Pour elle, rien que d'arriver ici lui donne le sentiment d'avoir réussi sa vie. C'est une chronique d'une jeunesse sans horizon. Cette jeune femme va tomber dans la cocaïne sans s'en rendre compte. Ce qui est genial ce sont les descriptions de ses trips. On monte avec elle et on descend avec elle. Ca sent le vécu, c'est très réaliste et les descriptions sont poétiques. Un livre très original, étonnant et enthousiasmant. C'est vraiment génial !"
  • Librairie "Les Beaux Titres" à Levallois-Perret
    Librairie
    Le miroir des illusions de Vincent Engel aux éditions Les Escales "Ce roman historique raconte une histoire de vengeance. Genève, 1849. Atanasio, jeune homme fraîchement arrivé de sa campagne toscane, apprend le décès de son protecteur Don Carlo, et la mission qui lui incombe pour toucher l'héritage de celui qui se révèle être son père. Il s'agit, selon un strict protocole, de le venger des quatre personnes qui ont fait de sa vie un enfer : son épouse Alba, son amant Wolfgang, et les deux bâtards engendrés par les autres infidélités de la première. Ce roman extrêmement bien construit m'a beaucoup plu dans sa peinture très touchantes des personnages. Les dialogues sont particulièrement bien menés, les longues descriptions, rares. Le lecteur accroche dès le prologue et ne relève pas la tête avant la fin des 500 pages. Un parfait roman pour l'été, profond et divertissant qu'il vaut mieux lire au calme pour pouvoir suivre l'intrigue à rebondissements."
  • Librairie "Les Volcans" à Clermont-Ferrand
    Librairie
    La revue Reliefs aux éditions Panorama 5 "C'est une revue dont deux numéros sont parus. Le prochaine arrive en semptembre. La ligne ? L'exploration au sens le plus large: des sciences, de l'histoire, des technologies, de la littérature... Un bel objet très instructif ."
  • Librairie "Violette and Co", à Paris
    Librairie
    Mémoire de fille de Annie Ernaux aux éditions Gallimard "C'est un excellent livre d'une grande écrivaine, auteure de La Femme gelée ou encore Passion simple, qui écrit beaucoup de récits autobiographiques, comme c'est le cas ici. Dans ce livre, Annie Ernaux revient sur ses 18 ans, et raconte comment elle a vécu, pendant l'été 1958, sa première relation sexuelle avec un homme, ainsi que les deux années qui ont suivi et comment est née sa vocation d'écrivaine. C'est un livre très fort pour deux raisons. D'abord parce qu'elle revient sur cette expérience sexuelle qui fut un choc, un traumatisme et qu'elle essaye de retranscrire ce qui s'est passé. Ensuite parce qu'elle opère un va-et-vient entre son travail d'écrivaine, aujourd'hui et ce moment-là. C'est un ouvrage sur ce choc initial, sur le travail de mémoire."
  • Librairie "L'autre Rive" à Toulouse
    Librairie
    Cinq Kopecks de Sarah Stricker aux éditions Piranha "Ce livre nous emmène dans la vie de la narratrice. Il parle de la seule faille. Enfant parfaite, élevée par un père tyrannique qui voulait qu'elle soit un géni en tout. Elle se promet une vie professionnelle assez grandiose puis épouse un homme qu'elle n'aime pas trop et tout à coup tombe amoureuse. Et toute la distance qu'elle avait auparavant s'écroule. L'amour s'incarne dans la personne d'un voisin. Il la chamboule. C'est un livre à la fois grave et très drôle. Les personnes sont danss l'exagération. La mère par exemple fait penser à Juliette Binoche dans le film Ma Loute. Le ton grave et humoristique m'a fait aimer ce livre mais aussi la peinture social du Berlin est après la chute du mur. Un roman assez complet et une chronique sociale de cette époque. Très beau style, assez chirurgical et avec un humour souvent grinçant."
  • Librairie "L'odeur du Temps" à Marseille
    Librairie
    Boy, Snow, Bird de Helen Oyeyemi "Ca se passe dans l'entre deux guerre aux Etats-Unis. Il raconte l'histoire d'une jeune fille de 16 ans dont le pere a la main lourde. Elle s'enfuit et au bout de la ligne trouve refuge dans un foyer de jeune fille. Elle rencontre ensuite plusieurs personnes dont un type qu'elle ne supporte pas. Elle en tombe finalement amoureuse. Il s'agit d'un roman sur la question noire aux Etats-Unis mais pas seulement. Il se lit très facilement grâce à cette belle histoire et son humour un peu cynique par moment."
  • Librairie "Mollat" à Bordeaux
    Librairie
    Le nuage d'Obsidienne d'Eric Mc Cormack aux éditions Bourgois "L'auteur est l'un des grands écrivains canadiens contemporains. Ce livre est le récit d'une vie, un livre d'aventure, un roman d'amour et de mystère. Un homme, en marge d'un colloque, découvre dans une librairie un livre qui parle d'un phénomène climatique en Ecosse. Un pays dans lequel il a vécu. Il va s'intéresser profondément à ce phénomène. Le récit de sa vie très fragmenté est très agréable à lire. Il joue sans arrêt sur les contre-pieds. Mais tout se tient . Le récit est bien construit et intelligent. Il y a un vrai plaisir à la fin de comprendre comment les fils ont été tressés, ce qui suscite l'envie de le relire, pour repérer tous les indices semés tout au long du livre."