NOUVELLES
20/10/2016 12:45 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Lavrov à Kerry: les rebelles syriens empêchent l'évacuation des civils à Alep

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a accusé jeudi les rebelles syriens d'empêcher les civils de quitter les quartiers d'Alep-est malgré la trêve "humanitaire" en cours dans la deuxième ville de Syrie.

Lors d'une conversation téléphonique avec son homologue américain John Kerry, Sergueï "Lavrov a noté que les civils mais aussi les membres des groupes armés illégaux (les rebelles, ndlr) avaient la possibilité de quitter sans encombre la ville, cependant les rebelles violent le cessez-le-feu et empêchent l'évacuation de la population", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministre russe a "de nouveau insisté sur le fait que les Etats-Unis devaient respecter leur promesse anciennes de séparer les groupes armés de l'opposition modérée des groupes terroristes", en référence aux rebelles modérés - acceptables pour Moscou - et aux jihadistes du Front Fateh al-Cham, ex-Front al-Nosra et ancienne branche syrienne d'Al-Qaïda.

MM. Kerry et Lavrov sont convenus que les experts américains et russes continueraient à travailler sur ces questions.

Cet échange téléphonique à l'initiative de Washington, le 60e entre les deux hommes depuis le début de l'année et le 7e en octobre, est intervenu au terme d'une journée marquée par le début de la trêve "humanitaire" décrétée par Moscou à Alep après des semaines de bombardements intensifs.

Mais pour l'heure, presqu'aucun habitant des quartiers rebelles n'a emprunté un des huit couloirs établis pour évacuer les civils et les rebelles.

La durée de cette "pause humanitaire" de onze heures par jour reste confuse, Moscou annonçant une prolongation de 24 heures, soit jusqu'à vendredi soir, tandis que l'ONU a affirmé que la Russie la maintiendrait jusqu'à samedi soir.

kat/fjb

KERRY GROUP