NOUVELLES
20/10/2016 03:18 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

La fin d'une époque pour les Blue Jays?

Ce n'est pas seulement la saison des Blue Jays qui s'est terminée mercredi soir au Centre Rogers à Toronto. Le noyau de l'équipe qui a fait rêver les partisans au cours des deux dernières saisons pourrait bientôt n'être qu'un souvenir.

Un texte de Jean-François Poudrier

L'avenir des Jays n'est pas nécessairement sombre, mais l'identité de cette équipe pourrait être bien différente lorsque la saison 2017 s'amorcera en avril prochain.

La saison 2016 des Jays n'aura peut-être pas été aussi spectaculaire que celle de 2015. La formation semblait se diriger facilement vers le titre de champion de la Division est de la Ligue américaine avant de connaître un mois de septembre difficile.

C'est de peine et de misère que Toronto a participé aux séries, se qualifiant lors de la dernière journée de la saison.

Les Jays ont fini avec une fiche de 89 victoires et 73 défaites, alors qu'habituellement une équipe doit remporter au moins 90 matchs pour espérer être des séries.

L'identité des Jays est maintenant bien connue : c'est une équipe de frappeurs de puissance. Une étiquette qui peut cependant jouer des tours aux Jays puisque la plupart des équipes savent maintenant un peu mieux comment s'y prendre stratégiquement contre Toronto.

Un changement de philosophie s'impose donc à ce niveau cet hiver.

L'avenir de Bautista et d'Encarnacion

C'est justement là où l'on pourrait voir ce changement de philosophie. Avons-nous assisté au dernier match avec les Jays de Jose Bautista et d'Edwin Encarnacion?

C'est une question qui a sans doute effleuré l'esprit de la majorité des partisans torontois avant même le dernier retrait du cinquième match de la série contre les Indians.

Les deux frappeurs deviennent joueurs autonomes cette année. Rien n'indique pour l'instant qu'ils seront de retour à Toronto. Tous deux veulent une entente à long terme.

En raison de leurs exigences salariales, il est fort probable qu'un seul de ces deux joueurs ne reste avec l'équipe. Le géant des Jays John Gibbons refusait de se mouiller mercredi.

Mark Shapiro aux commandes

Le nouveau président des Jays, Mark Shapiro, et son bras droit, le directeur général Ross Atkins, ont en quelque sorte hérité de la formation créée de toutes pièces par l'ancien DG Alex Anthopoulos.

Shapiro a laissé le noyau de l'équipe intact pour sa première année à la barre des Jays, faisant même confiance au gérant choisi par Anthopoulos, John Gibbons.

Le départ possible de Bautista et d'Encarnacion permet toutefois à Shapiro et à Atkins d'y aller d'une reconstruction, de façonner les Jays à leur image. Il est donc fort probable que ni Bautista ni Encarnacion ne seront de retour l'an prochain.

Quelques éléments de continuité

Il y a cependant plusieurs joueurs dont le retour au sein des Jays semble assuré, du moins pour la saison 2017.

Josh Donaldson et Troy Tulowitzki sont toujours sous contrat et ont tous deux excellé cette année, autant à l'attaque qu'en défense.

Le receveur Russell Martin sera aussi sans doute de retour.

La rotation des lanceurs partants des Jays devrait aussi rester sensiblement la même. Le lanceur de balles papillon R.A. Dickey pourrait bien être le seul à quitter l'équipe.

Les Aaron Sanchez, Marcus Stroman, Marco Estrada et J.A. Happ semblent des valeurs sûres.

En revanche, l'enclos des releveurs, qui a parfois connu des problèmes cette année, pourrait être bien différent l'an prochain, exception faite du jeune Roberto Osuna qui semble assuré d'un retour.