NOUVELLES
20/10/2016 08:16 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Irak: mandat d'arrêt contre une haute figure politique de Mossoul

Une cour irakienne a émis un mandat d'arrêt contre une haute figure politique de Mossoul accusée d'espionnage pour le compte de la Turquie voisine, a indiqué la justice jeudi.

Le mandat d'arrêt a été émis contre Atheel al-Nujaifi, ancien gouverneur de la province de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu, après que trois parlementaires ont déposé une plainte contre lui, a souligné un communiqué.

La plainte a été déposée en décembre 2015 quand une crise diplomatique a éclaté entre Bagdad et Ankara après le déploiement de forces turques à Bachiqa près de Mossoul.

"Dans leur déposition, les plaignants ont indiqué que l'accusé avait facilité l'entrée des troupes turques et les avait aidé à établir une base à Zilkan", près de Bachiqa, au nord-est de Mossoul, a affirmé le porte-parole de la justice Abdelsattar Bayraqdar.

La présence de l'armée turque dans cette zone n'est pas nouvelle, mais un nouveau déploiement l'année dernière a provoqué de vives tensions entre les deux pays. Le gouvernement irakien à majorité chiite a accusé la Turquie à plusieurs reprises de soutenir le groupe sunnite extrémiste Etat islamique (EI) qui s'est emparé de larges pans du territoire en 2014.

M. Nujaifi, dont le frère a occupé le poste de président du Parlement, est perçu en Irak comme un homme politique corrompu, et certains estiment que sa position à la tête de la province de Ninive a été l'un des facteurs qui a permis la progression rapide des jihadistes.

Deux témoins ont été entendus mercredi, après une enquête de dix mois qui justifie le mandat d'arrêt pour espionnage, a affirmé M. Bayraqdar.

Atheel al-Nujaifi habite à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien limitrophe de la province de Ninive, depuis la prise de Mossoul par l'EI.

Il dirige la "Garde de Ninive", une force de combattants sunnites locaux, entrainée par les troupes turques basées en Irak qui doivent également prendre part à l'offensive en cours pour la reprise de Mossoul.

Le Premier ministre Haider Al-Abadi a annoncé lundi le lancement de la bataille pour chasser les jihadistes de leur dernier grand bastion en Irak.

ak/jmm/mer/nbz