NOUVELLES
20/10/2016 05:20 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Inde: 14 relaxes en appel pour un massacre au Gujarat en 2002

La justice indienne a relaxé jeudi en appel 14 hindous poursuivis pour le massacre de 33 musulmans dans l'Etat du Gujarat (ouest) en 2002, durant l'une des pires vagues de violences interreligieuses depuis l'indépendance du pays.

En 2011, un groupe de 31 suspects avait été condamné à la prison à perpétuité pour meurtre pour leur implication présumée dans une tuerie dans le village de Sardarpura.

Des musulmans, qui avaient trouvé refuge dans une petite maison pour fuir les émeutes faisant rage, y avaient été brûlés vifs lorsque le feu avait été mis au bâtiment.

Les 17 autres prévenus dans cette affaire ont vu leur condamnation confirmée en appel jeudi.

"Sur les 14 relaxes, les juges ont accordé le bénéfice du doute à 11 personnes, tandis qu'ils ont indiqué ne pas avoir trouvé de preuves contre trois autres", a déclaré l'avocat de la défense N L Jain à l'issue de l'audience.

Plus de 100 personnes ont déjà été condamnées pour ces émeutes dans l'Etat du Gujarat, dirigé à l'époque par l'actuel Premier ministre du pays, le nationaliste hindou Narendra Modi.

L'incendie mortel d'un train de pèlerins hindous avaient mis le feu aux poudres et déclenché plusieurs semaines de violences.

Ces émeutes ont fait plus de 1.000 morts et ont longtemps valu l'opprobre à Narendra Modi pour son absence de réaction face aux violences, une accusation qu'il a toujours rejetée. La Cour suprême l'a exempté de toute responsabilité en 2012.

str-cc/amd/glr