NOUVELLES
20/10/2016 13:03 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Espagne: le plus haut tribunal invalide l'interdiction des corridas en Catalogne

MADRID — La Cour constitutionnelle d'Espagne a renversé, jeudi, l'interdiction controversée des corridas en Catalogne.

La cour a décrété que les autorités catalanes avaient, de façon générale, le pouvoir de réglementer les spectacles publics et même de les interdire, mais que dans ce cas-ci, la valeur patrimoniale des corridas, affirmée par le Parlement national d'Espagne, devait prévaloir.

La Catalogne — région du nord-est de l'Espagne — a banni les combats de taureaux en 2010. L'interdiction répondait à un mouvement populaire grandissant qui s'oppose à ce type d'événements. Cette décision de la région indépendantiste avait toutefois été perçue comme un affront à l'égard de Madrid.

L'interdiction a néanmoins eu peu d'effet, puisque la Catalogne ne dispose déjà que d'une seule arène fonctionnelle, soit celle située dans sa capitale, Barcelone.

Le ministre catalan Josep Rulls a d'ailleurs assuré qu'aucune corrida n'aurait lieu dans la région, «indépendamment de ce que la Cour constitutionnelle dit».

L'organisation Protection mondiale des animaux a pour sa part qualifié le jugement de jeudi d'«outrageant», ajoutant que la portée patrimoniale des corridas ne justifiait pas la torture infligée aux taureaux et les «niveaux injustifiés de douleur» que comporte l'activité.

Une association regroupant des éleveurs de taureaux, des matadors, des employés d'arènes et des organisateurs de corridas s'est quant à elle réjouie de la décision de la Cour constitutionnelle, qui empêchera, selon elle, toute tentative de rendre les corridas illégales.

La dernière corrida à avoir eu lieu en Catalogne remonte en 2011, soit avant que l'interdiction entre en vigueur.

Les autorités régionales soutiennent avoir banni ce type d'activité dans un souci de protection des animaux. D'autres événements impliquant des taureaux sont toutefois autorisés, tels que la coutume d'attacher des feux d'artifice à leurs cornes.