NOUVELLES
20/10/2016 02:28 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Ecosse: publication d'un projet de loi pour un nouveau référendum d'indépendance

Le gouvernement régional écossais a publié jeudi un projet de loi controversé sur un nouveau référendum d'indépendance, au moment où le Royaume-Uni fait face à un avenir incertain avec le Brexit.

Le texte est proche de celui qui avait organisé le référendum d'indépendance de septembre 2014 et pose la question suivante: "L'Ecosse doit-elle être un pays indépendant?"

Dans un communiqué présentant le projet de loi, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, chef du parti indépendantiste SNP, explique que les "récentes déclarations du gouvernement britannique sur son approche de la sortie de l'UE soulèvent de sérieuses inquiétudes".

"S'il devient clair que les intérêts de l'Ecosse ne peuvent être protégés qu'à travers l'indépendance, alors le peuple écossais doit avoir la possibilité de reconsidérer cette question, et de le faire avant que le Royaume-Uni ne quitte l'UE", ajoute-t-elle.

Mme Sturgeon se dit néanmoins "prête" à travailler avec le gouvernement conservateur de Theresa May pour "négocier une future relation avec l'Europe" susceptible de répondre aux aspirations écossaises.

Le projet de loi, a précisé le ministre chargé de la Constitution Derek Mackay, est publié pour "consultation", afin qu'il soit "prêt" si le gouvernement écossais juge insatisfaisante la direction prise par les négociations de sortie de l'UE, en particulier en cas de Brexit "dur", sans concessions.

Si 52% des Britanniques ont voté pour sortir de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin, 62% des Ecossais se sont, eux, prononcés en faveur d'un maintien du Royaume-Uni au sein du bloc des 28.

Nicola Sturgeon doit rencontrer Theresa May lundi prochain et détailler, dans les jours suivants, son plan pour garantir la place de l'Ecosse dans l'UE.

La menace d'un nouveau référendum d'indépendance, après celui perdu avec les honneurs en 2014 (55% contre 45%), a été critiqué à la fois par le gouvernement britannique et les autres principaux partis écossais.

"Nicola Sturgeon a abandonné son rôle de Première ministre de tous les Ecossais afin de poursuivre son propre agenda séparatiste", a estimé la cheffe du parti conservateur écossais, Ruth Davidson.

Le leader du parti travailliste écossais, Dave Anderson, a lui évoqué une "manoeuvre irresponsable".

mmc-jk-eg/rap