NOUVELLES
20/10/2016 13:51 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Crier à la fraude, "culmination naturelle" du discours populiste de Trump (expert)

Donald Trump sème le trouble sur la légitimité du processus électoral américain, au moment où son adversaire Hillary Clinton consolide sa place en tête des sondages.

Pour Jonathan Laurence, professeur de sciences politiques au Boston College, le candidat républicain pousse ainsi la logique populiste jusqu'au bout en remettant en cause la totalité du système politique, dans une ultime tentative de reprendre l'avantage.

Question: Pourquoi Donald Trump a-t-il menacé de contester le verdict des urnes ?

Réponse: "C'est un showman intuitif, il se trouve sur la scène la plus prestigieuse et c'est probablement sa dernière chance de créer un peu de suspense sur sa personne. Ce mépris pour notre processus politique est la culmination naturelle du sentiment populiste qu'il a attisé dans le pays.

Ce n'est pas si loin de Malcolm X et d'autres figures ayant perdu foi dans le système, mais je ne crois pas que Donald Trump soit sincère. Il a un talent très théâtral et un don pour le spectacle qui l'ont propulsé sur le devant de la scène politique.

Mais c'est aussi lié à la mauvaise passe dans laquelle il se trouve. Il tente de faire diversion pour rester dans l'actualité. Il sait comment appâter les journalistes, et il révèle nos vulnérabilités dans la manière dont nous consommons l'information politique".

Q: Quel est le risque pour le système politique américain de remettre ainsi en cause la fiabilité du processus électoral ?

R: "Le fonds de commerce des populistes consiste à donner l'impression que les partis au pouvoir ne sont pas différents les uns des autres, et sont incapables de s'auto-réformer. Il faudrait donc un outsider charismatique et à poigne, capable de couper des têtes et de nettoyer le système. Cela fonctionne aux Pays-Bas, et d'une certaine manière en France et en Autriche.

L'étape suivante, après avoir dénoncé l'écosystème douillet de l'élite politique, consiste à étendre la critique à la presse, en insinuant que les médias sont complices. L'étape finale, enfin, est de discréditer les institutions elles-mêmes en les accusant de ne pas traiter de façon équitable les outsiders comme lui-même".

Q: Quelle est la différence entre le populisme de Donald Trump et les populismes européens ?

R: "Le système présidentiel est différent. Si Trump arrivait à la Maison Blanche, il n'aurait que très peu d'élus dans sa valise. A l'inverse, les populistes d'Europe occidentale s'appuient sur un parti politique, ainsi qu'un programme politique auquel les autres partis doivent emprunter ou se comparer. Ils ont un grand nombre de personnalités dans leur organigramme. L'organisation Trump se résume en gros à sa famille et quelques autres.

Cela le libère, certes, mais cela l'éloigne de toute réalité politique, car il ne pourra faire adopter aucune de ses promesses sans l'aide du Congrès".

Propos recueillis par Ivan COURONNE

ico/bdx