NOUVELLES
20/10/2016 03:00 EDT | Actualisé 21/10/2017 01:12 EDT

Coupe du monde - Hirscher pour une grande première

"J'essaie juste de continuer à bien faire mon boulot": l'Autrichien Marcel Hirscher, qui se veut champion ordinaire, est pourtant sur la voie d'une grande première, un sixième gros globe de cristal pour les 50 ans de la Coupe du monde de ski alpin.

Hirscher avait égalé la saison dernière avec cinq succès au général le Luxembourgeois Marc Girardelli, mais le polyvalent d'origine autrichienne n'avait pas, lui, réalisé un "cinq à la suite" dans les années 1980-1990.

L'Autrichienne Annemarie Moser-Pröll compte aussi six trophées majeurs, mais pas consécutifs.

"Je n'ai plus d'obligations. Je n'ai plus la nécessité d'atteindre quelque chose. Mais j'en ai encore le droit", a souligné récemment Hirscher, en prenant de la hauteur.

Le Salzbourgeois avait invité fin juillet la presse internationale à monter jusqu'au refuge familial au-dessus d'Annaberg, à quelque 1.500 m d'altitude, où il a passé ses étés jusqu'à 16 ans auprès de papa Ferdinand, son entraîneur de toujours, moniteur de ski en saison froide et aubergiste de mai à septembre.

Le spécialiste du slalom et du géant a aussi mis un terme aux rumeurs d'une retraite anticipée, que son silence médiatique prolongé avait fait naître.

"Ma principale motivation, c'est le simple fait de skier. Skier, c'est vraiment un truc génial. Sans travail, sans entraînement, il n'y a pas de sensations, pas de plaisir. Je continuerai aussi longtemps que cela me fera plaisir. Ce qui est bien, c'est que je n'ai de comptes à rendre à personne", a expliqué le quadruple champion du monde.

- Poussé par la jeunesse -

Et puis, même s'il n'a que 27 ans, Hirscher est poussé par les jeunes, dont le Norvégien Henrik Kristoffersen (23 ans), nouveau maître du slalom et son dauphin au général en mars dernier, et le Français Alexis Pinturault (25 ans), abonné à la troisième place du podium depuis trois saisons.

Les glorieux aînés Aksel Lund Svindal et Bode Miller pourront difficilement se mêler à la lutte.

Double vainqueur de la Coupe du monde (2007 et 2009), Svindal, qui aura 34 ans fin décembre, a renoncé au géant d'ouverture de Sölden dimanche prochain. Le Norvégien estime qu'il est encore trop juste, après avoir été opéré du genou droit en janvier. Mais, attention, l'+Attacking Viking+, qui avait écrasé la concurrence dans les épreuves de vitesse avant sa chute à Kitzbühel, avait su rebondir après de précédents accidents.

Miller, qui avait brandi le trophée majeur en 2005 et 2008, tente pour sa part un retour à 39 ans. Pas facile, d'autant que l'Américain est en litige avec son ancien équipementier.

Autre vedette de l'équipe américaine et triple champion du monde de géant, Ted Ligety revient également de blessure.

Lindsey Vonn sera également absente à Sölden, parce que le slalom géant n'a jamais été sa tasse de thé. Et en profite donc pour poursuivre sa tournée de promotion aux États-Unis, après la sortie de son livre.

D'ailleurs la grande blonde, qui détient le record de victoires (76) chez les dames en Coupe du monde, possède suffisamment d'arguments en vitesse (descente et super-G) pour postuler à un cinquième gros globe face à la tenante Lara Gut.

Comme Hirscher, la Suissesse fait profil bas. "Cet été, j'ai continué à construire. Je n'ai rien à défendre mais quelque chose à gagner", a expliqué la blonde tessinoise, qui entend aussi briller lors de Mondiaux à domicile à St. Moritz en février, à la Radio suisse italienne (RSI).

Dans la cascade de forfaits pour Sölden, celui de l'Autrichienne Anna Veith, blessée toute la saison dernière, n'est pas passée inaperçue. Parce que Veith -son nouveau nom d'épouse-, c'est Fenninger, lauréate de la Coupe du monde en 2014 et 2015.

asc/tba