Vivre

Alimentation: L'art de faire changer les choses

Woman shopping for organic fruit.
Woman shopping for organic fruit.

Il y a quelques semaines avait lieu à Montréal le Forum SAM – système alimentaire montréalais. C’était l’occasion pour les divers acteurs alimentaires de partager leurs idées et présenter leurs projets porteurs de changement au niveau de la saine alimentation et du mode de vie actif. Une chose est sûre. Ça bouge, et ce, partout dans la province.

Parmi les conférenciers, il y avait notamment le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest à Montréal, Monsieur Benoît Dorais. Dans le quartier Saint-Henri, au-dessus de ce qui était à l'origine la Petite-Rivière-Saint-Pierre, il y avait cette espèce de terrain vacant, tantôt un stationnement, tantôt une cour à déchets. Voilà qu’en 2010, l’arrondissement à revitaliser l’espace en «woonerf», un concept hollandais qui signifie «rue conviviale». Il s’agit maintenant d’un joli terrain vert de 7 000 mètres carrés, faisant place à une centaine d’arbres, 1 800 arbustes, en plus de plusieurs chaises longues en bois, d’un chemin de pierre stabilisée à emprunter à pied ou à vélo, ainsi que de nombreux lampadaires pour que ce soit invitant, même le soir. Bref, de quoi inciter les résidants à profiter pleinement de leur environnement.

Installés à la sortie des métros Frontenac, Cadillac et Sauvé à Montréal, les Marchés solidaires permettent aux gens du quartier d’avoir accès à des fruits et légumes frais à bon prix. Une initiative des Marchés publics de Montréal, ils permettent de palier en partie les déserts alimentaires – ou mirages alimentaires, soit des endroits où l’offre alimentaire est bizarrement plus dispendieuse que dans les quartiers plus aisés - auxquels font fassent ces quartiers. Ouvert de la mi-juin jusqu’à l’automne, et même jusqu’au 24 décembre pour le marché solidaire du métro Frontenac, ils font tous de leur marché un lieu de rencontres, de socialisation et de mobilisation.

Lors du forum, l’organisme Québec en forme lançait aussi son livre numérique, Pour un Québec en forme, qui recueille des histoires authentiques racontant les bons coups de l’organisme dans diverses régions de la province. Il y a entre autres celle du marché solidaire de Limoilou, un quartier de la ville de Québec. Sachant qu’en situation d’insécurité alimentaire, seulement le tiers des gens dans le besoin se tourne vers les services d’aide, comme les banques alimentaires. Ceci s’explique entre autres par le sentiment d’intimidation de devoir recourir à ces services ou alors c’est une question d’accès que ce soit à cause de l’endroit où est situé le service ou les heures d’ouverture qui ne concordent par avec celles des utilisateurs. Pour pallier cette problématique, ils ont installé Le petit marché solidaire dans un parc. Et grâce aux divers partenaires, cela a permis d’avoir accès à des fruits et légumes frais à bon marché. Au départ en 2013, le marché avait lieu les dimanches du mois d’août seulement. Cette année, le marché a eu lieu pendant 10 semaines. Le livre est disponible gratuitement en version numérique

La leçon retenue lors de ce forum est qu’il existe plusieurs initiatives incitant le changement vers de saines habitudes de vie. Encore faut-il savoir qu’elles existent. C’est pourquoi ça vaut le coup d’aller jeter un coup d’œil sur le site de votre ville ou de votre quartier. Qui sait, cela vous donnera peut-être le goût de mettre la main à la pâte et de faire partie de ce grand mouvement.

À voir également:

Combien de temps avant que de la moisissure ne se forme sur ces aliments?