Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Transferts en santé : les provinces s'en remettent à Trudeau

Alors que la ministre fédérale de la Santé dressait un bilan plutôt satisfaisant de sa rencontre avec ses homologues provinciaux, ces derniers en sont restés sur leur faim, si bien qu'ils réclament désormais que le problème des transferts fédéraux soit tranché par le premier ministre Trudeau.

Aux bons mots de Jane Philpott, qui se réjouissait des discussions constructives ayant touché à tous les aspects du système de santé, a vite succédé le constat d'échec du ministre québécois de la Santé Gaétan Barrette.

« Ce qui est concret aujourd'hui, c'est qu'on annonce une réduction du financement en santé à hauteur de 60 milliards de dollars pour le Canada, même près de 61 [milliards]. Et que cette réduction [...] va avoir un impact négatif sur notre capacité de donner des services », a dit M. Barrette..

S'il convient que les enjeux du système, dont les soins en santé mentale, ont été clairement cernés, M. Barrette déplore « qu'on nous demande de faire plus avec, pour le moment, moins », et qu'« on se retrouve dans une situation où on veut nous dire aussi quoi faire et comment le faire. Et ça, ça pose un problème ».

Pour ces raisons, dit le ministre Barrette, les provinces n'ont pas d'autre choix que de relancer le premier ministre fédéral Justin Trudeau afin qu'il rencontre ses homologues provinciaux à ce sujet.

Le gouvernement Trudeau souhaite réduire le taux annuel d'augmentation des transferts fédéraux en santé pour le faire passer de 6 à 3 % à compter d'avril 2017. Pour M. Barrette, cette réduction équivaudrait à une coupe franche de 60 milliards de dollars en 10 ans pour tout le Canada et de 13,7 milliards pour le Québec.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.