Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'arrivée de Lisée est l'occasion pour d'autres rapprochements, croit Carbonneau

L'élection de Jean-François Lisée à la tête du Parti québécois a certes changé la donne, en repoussant l'éventualité de la tenue d'un référendum sur la souveraineté, mais la présidente des OUI Québec, Claudette Carbonneau, y voit une occasion à saisir pour d'autres rapprochements.

Au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne, Mme Carbonneau, qui préside depuis plus d'un an les Organisations unies pour l'indépendance (OUI Québec), ne s'est pas laissé décourager par le fait que lundi encore, le PQ et Québec solidaire ont été incapables de s'entendre pour ne présenter qu'un seul candidat contre le Parti libéral, lors des élections complémentaires dans Verdun.

Elle a dit vouloir profiter du contexte pour favoriser la convergence des forces souverainistes sur d'autres thèmes que les modalités d'accession à la souveraineté.

Mme Carbonneau estime que c'est l'occasion pour les partenaires de définir comment ils voient un futur Québec souverain en termes de politiques sociales, d'emploi, de développement économique, de même que face à l'écologie, à la monnaie et à la défense, par exemple.

Elle a rencontré le nouveau chef du PQ le week-end dernier. Elle doit rencontrer les représentants de Québec solidaire, d'Option nationale et du Bloc québécois au cours des prochains jours.

M. Lisée l'a rassurée quant à sa volonté de continuer ses travaux au sein des OUI Québec. Il y déléguera d'ailleurs de nouveau Véronique Hivon, a-t-elle rapporté.

Voir aussi:

Élection de Jean-François Lisée à la tête du PQ

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.