Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les coups de fouet reprendraient, selon la Fondation Raif Badawi

Selon des informations obtenues par la Fondation Raif Badawi, le blogueur serait à nouveau fouetté, mais cette fois, les coups seraient donnés à l'intérieur de la prison plutôt que sur la place publique comme c'est habituellement le cas.

Ce sont les mêmes sources qui avaient prévenu l'entourage du blogueur que les 50 premiers coups de fouet auraient lieu le 9 janvier 2015. Cette séance s'était déroulée devant la mosquée de Djeddah. « Notre première réaction a été de se demander si cette source était fiable. Nous n'avons pas eu le choix puisqu'elle nous avait donné une information pertinente en janvier 2015 », soutient la directrice de la Fondation Raif Badawi, Evelyne Abitbol.

Le blogueur a été condamné à 1000 coups de fouet et dix ans d'emprisonnement pour avoir prôné la libéralisation du régime saoudien. Toutes les séances de flagellation subséquentes ont été interrompues en raison de son état de santé.

Raif Badawi est emprisonné depuis juin 2012 pour avoir insulté l'islam sur son site internet. Il n'est pas un citoyen canadien, mais son épouse et leurs trois enfants sont réfugiés à Sherbrooke au Québec.

Révoquer sa citoyenneté

La Fondation Raif Badawi demande au gouvernement saoudien de révoquer la citoyenneté au blogueur. « La chose la plus pertinente est de demander au Royaume de révoquer la citoyenneté de Raif Badawi. On sait qu'il est extrêmement attaché à son pays. Il veut beaucoup pour son pays, mais à ce moment, ça serait bien que l'Arabie saoudite lui révoque sa citoyenneté et qu'il puisse aller se réfugier dans une ambassade qui voudra l'accueillir », ajoute Mme Abitbol.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.