Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des sacrifices pour vivre au salaire minimum

Pour boucler les fins de mois, Serge Martin limite ses dépenses au strict minimum. « C'est certain que c'est frustrant! Il y a plein de choses que je voudrais faire, dit-il, mais que je ne peux pas faire. »

Un texte de Vincent Maisonneuve

L'hiver dernier a été difficile pour Serge Martin. Il s'est retrouvé sans emploi pendant plusieurs semaines. Il n'avait même pas droit à l'assurance-emploi. « Ç'a déjà été très dur, dit-il. Quand l'argent ne rentre pas ou que ça rentre à la miette, tu ne sais plus quoi faire. »

Heureusement, M. Martin a décroché, ce printemps, un emploi dans un établissement du Vieux-Montréal, un emploi payé au salaire minimum. Le travail lui plaît beaucoup, mais il constate à quel point il est difficile de sortir de la précarité, même quand on a un emploi.

M. Martin loue une toute petite chambre au centre-ville. La pièce est juste assez grande pour son lit, un fauteuil et une table basse. Le loyer y est de moins de 300 $ par mois.

Il pourrait peut-être louer plus grand dans un autre quartier, mais il préfère rester à proximité du travail. Il s'évite ainsi les retards et le risque de perdre son emploi. Il peut aussi limiter les dépenses en matière de transport. « En étant proche de son emploi, on coupe sur la carte de métro, ça aide, dit-il. On peut se faire appeler plus facilement, avoir plus d'heures et avoir plus de revenus de cette façon-là. »

Pour manger, il scrute à la loupe les spéciaux à l'épicerie. Il marche, parfois quelques kilomètres, pour aller d'une épicerie à l'autre et trouver les articles les moins chers. « En allant chercher les rabais, cet argent-là, je peux la mettre ailleurs. C'est toute une question de gestion de budget, précise-t-il. Il faut que ça soit géré de façon très méticuleuse. »

Serge Martin refuse de se plaindre, il dit même qu'il arrive à vivre sans s'endetter. Mais c'est très difficile.

« C'est comme un cercle. On veut s'en sortir, mais ça ne se fait pas aussi facilement qu'on le souhaiterait. » Il admet que de gagner 15 $ l'heure, ça changerait bien des choses. « L'augmentation, ça rendrait la vie beaucoup plus facile, croit-il. C'est 50 % de plus sur le salaire que je fais! »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.