POLITIQUE
18/10/2016 09:39 EDT | Actualisé 18/10/2016 09:39 EDT

Un organisme qui vient en aide aux Autochtones atteints du VIH perd 67 % de son financement

Le Réseau canadien autochtone du sida (RCAS), un groupe sans but lucratif pour des Autochtones touchés par le VIH/sida, devra faire plus avec moins de ressources après que le gouvernement fédéral a coupé près de 70 % son financement.

Puisque l'Agence de la santé publique du Canada a changé sa façon de remettre l'argent du Fonds d'initiatives communautaires en matière de VIH/sida et d'hépatite C, le budget annuel du RCAS passera de 750 000 $ à 250 000 $ en 2017.

« C'est un coup terrible, avoue Ken Clement, directeur général de RCAS. Depuis 1997, l'organisme national est chef de file en ce qui concerne les recherches sur les Autochtones atteints du VIH/sida.

« Dans le passé, RCAS a créé des lignes directrices, des livres et des ressources dans une perspective autochtone. Nous n'aurons plus les moyens d'offrir cela à l'avenir », déplore M. Clement.

« Encore aujourd'hui, nos gens sont ostracisés et ne reçoivent pas la part qu'ils méritent ni les ressources dont ils ont besoin, souligne le président. Ça fait 20 ans [depuis la création de RCAS], et rien n'a changé. »

La réduction au financement arrive à un moment où le taux de VIH dans les réserves de la Saskatchewan est en plein essor. Dans la communauté d'Ahtahkakoop, 3,5 % de la population est atteints de VIH/sida, soit un taux plus fort qu'au Nigéria ou au Rwanda.

Selon l'Agence de la santé publique du Canada, le taux d'infection chez les Autochtones est 3,6 % supérieur au reste de la population.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Six faits sur le VIH Voyez les images